Capture d'écran du compte Twitter de Naftali Bennett accusant le Liban d'être devenu le Hezbollah.
Capture d'écran du compte Twitter de Naftali Bennett accusant le Liban d'être devenu le Hezbollah.

A l’issue des élections législatives, le discours belliqueux des autorités israéliennes semble avoir repris avec les déclarations du Ministre de l’Education, Naftali Bennett, qui a déclaré sur Twitter « Hezbollah = Lebanon ».

Le Ministre israélien faisait ainsi état de la probable avancée du Hezbollah et de son allié Amal au Parlement à l’issue des élections législatives qui se sont déroulées ce dimanche. Ils se seraient ainsi assurés de l’ensemble des places de parlementaires dans les circonscriptions du Sud Liban II et III.

Le Ministre israélien, dans ce même message, considère que l’état hébreu ne fera aucune différence entre le Liban – qui sera responsable de toute action entreprise depuis son territoire – et le mouvement Hezbollah.

Ces déclarations interviennent alors que les autorités israéliennes menacent régulièrement le Pays des Cèdres, notamment en raison de différents territoriaux, au niveau de la localité de Ghajar qui s’est développée dans la partie libanaise des fermes de Chébaa, au niveau de la ligne bleu, ligne de démarcation de l’armistice de 1949 – différent des frontières internationales qui sont elles constituées par la ligne Paulet Newcombe de 1923 – sur laquelle Israël souhaite construire un mur de séparation et au niveau des zones économiques maritimes notamment en raison de probables champs de pétrole.

Lire également:

Il ne s’agit pas des premières menaces israéliennes, le Ministre Israélien de la Défense Avigdor Lieberman, avait régulièrement menacé le Liban, l’année dernière, revendiquant une partie de ce territoire et allant jusqu’à déclarer que le Bloc 9 appartiendrait à l’état hébreu. Ce bloc fait partie des zones qui seront exploitées par le consortium formé par Total (France), ENI (Italie) et Notatek (Russie).

Le dernier conflit entre le Hezbollah et Israël en juillet 2006 s’est soldé par la mort de plus de 1000 civils au Liban et de 200 combattants du Hezbollah. Côté israélien, 119 militaires et 44 civils seraient décédés.

Ce conflit a abouti à l’adoption de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU garantissant la souveraineté du Liban sur l’ensemble de son territoire. Israël accuse cependant le Hezbollah d’être présent au Sud du Litani et viole régulièrement l’espace aérien libanais, notamment pour aller bombarder des positions de l’Armée Syrienne, Iraniennes et du Hezbollah en Syrie. Lors d’une telle mission, le 14 février 2018, un avion de combat israélien avait été touché et s’était écrasé dans le Golan.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

2 Commentaires

  1. Israël veut l’eau du Liban.
    Ils condamne un parti qui assure la sécurité nationale avec l’armée libanaise, afin de garantir la souveraineté des frontières par la force souveraine d’une nation.
    Apparement, cela ne plaît pas au gouvernement israélien qu’un pays comme le Liban, droit de chaque pays souverain, d’assurer la souveraineté territoriale puisqu’Israël aime violer notre Etat de bon gré.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.