Le logo du journal Al Joumhouria

Après l’annonce d’une mise en état de défaut samedi dernier, les représentants légaux de la République Libanaise, la Banque Lazard, et le cabinet d’avocats Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP auraient pris contact avec 3 fonds détenant des volumes importants de la dette libanaise, à savoir Ashmore Group Plc, Fidelity Investments et Goldman Sachs, indique le quotidien libanais Al Joumhouriah.

Il s’agirait peut-être d’éviter des poursuites légales, ce que craignent les autorités libanaises confrontées, outre à une importante crise économique, à de possibles troubles sociaux de grande ampleur. Ainsi, en cas de poursuites, les répercussions seraient plus sévères pour le Liban, ce qui pourrait encore aggraver la crise financière locale.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.