La facade du Parlement Libanais. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com

LLe comité parlementaire des Finances et du Budget a poursuivi son enquête sur les embauches illégales au sein des administrations publiques avec le secteur des télécoms.

Le Président du Comité aurait indiqué qu’ont été convoqués, le Ministre des Télécoms Mohamed Choucair et le Directeur Général d’Ogero Imad Kreidieh.

Le Ministre des Télécoms aurait alors révélé une 3ème affaire, celle de l’embauche de 400 à 500 personnes au sein des 2 entreprises Alfa et Touch, payées sans y travailler.

Ainsi 453 personnes auraient été embauchées par la compagnie publique Ogero, 450 personnes par les 2 compagnies Alfa et Touch, sous-traitantes des 2 réseaux de télécommunication mobiles et 55 par le Ministère des Télécommunications.

Le Ministère des Télécoms et l’entreprise publique devrait fournir d’ici 1 semaine des documents concernant l’embauche de ces personnes.

Une deuxième session du Comité parlementaire serait alors organisée la semaine prochaine afin de les étudier.

Précédemment, le Ministère de l’Education Nationale s’était fait épingler sur l’embauche de 154 personnes.

Le Ministre de l’Education Nationale Akram Chéhayeb aurait indiqué qu’il soumettra à la commission parlementaire en charge des finances et du budget, des documents concernant l’embauche de 154 personnes dans un délai d’un mois. Selon Akram Chehayeb, plus de 3 000 personnes auraient été engagées par son ministère durant la période incriminée Cependant 2 173 professeurs ont été embauchés suite à une décision du Conseil des Ministres.

Il s’agirait de personnels engagés après avoir passés les examens adéquats de la fonction publique.

Pour rappel, lors d’une précédente séance de cette commission, il aurait été découvert que plus de 15 000 fonctionnaires auraient été engagés en dehors du cadre légal alors qu’il avait été décidé d’un moratoire en août 2017, sur les embauches en raison de la gravité des déficits publics. Certaines intervenaient alors que le Liban se préparait à des élections législatives en mai 2018.

L’Inspection Centrale a été depuis chargée de mener l’enquête.

Un commentaire?

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.