La conférence de presse du Ministre de l'Industrie Waël Bou Faour au sujet de l'incident de Qabr Chamoun

Nouveau chapitre de la crise gouvernementale, le ministre de l’industrie et proche de Walid Joumblatt, Waël Abou Faour, accuse Gébran Bassil d’être à l’origine de l’incident de Qabr Chamoun.

Ces propos pourraient encore prolonger l’absence de réunion du cabinet, voir menacer même menacer le gouvernement Hariri III alors que les tentatives de réconciliation ont jusqu’à présent échouées et ce alors que le Liban traverse actuellement une période critique sur le plan économique.

« Nous tenons Gébran Bassil pour responsable de l’incident de Basatin (NDLR: localité où la fusillade a eu lieu) moralement, politiquement et juridiquement »
Waël Abou Faour, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mardi 6 août 2019

Le ministre de l’industrie a précisé que la fusillade qui s’est déroulée le 30 juin, était la conséquence immédiate de la visite du Président du Courant Patriotique Libre (CPL) dans le Chouf.

Il a également estimé que le discours de Gébran Bassil incitait à la haine sectaire avant de s’adresser au Président de la République, le Général Michel Aoun, par ailleurs beau-père de Gébran Bassil en ces termes: « Appréciez-vous l’ampleur des menaces qui pèsent sur le Liban … à la suite du discours sectaire et fanatique de votre héritier politique? »

Selon Abou Faour, l’enquête en cours aurait été biaisée par des interventions politiques.

Le Haut Conseil Judiciaire écarté et le déferrement au Tribunal Militaire menacé

Pour l’heure, le déferrement au Haut Conseil Judiciaire, demande du PDL de Talal Arslan, semble être écarté suite aux pressions politiques du PSP à ce que cette procédure, qui nécessite un vote en conseil des Ministres, échoue. Le dossier a été cependant confié au Tribunal Militaire à l’issue d’une enquête conduite par les Forces de Sécurité Intérieures (FSI)

Hier, alors qu’une enquête des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) semblait d’abord exonérer les partisans du PSP de la responsabilité des premiers coups de feu dans la fusillade contre le convoi du Ministre en charge de la question des réfugiés syriens Saleh Gharib, d’autres éléments semblent désormais accuser certains dirigeants du PSP à avoir incité à ce que cet incident puisse arriver.

Précédemment aux propos de Waël Abou Faour, un avocat membre du PSP avait rejeté l’octroi du dossier au Tribunal Militaire, suite probablement à ces nouvelles informations, estimant cette institution incompétente en la matière.

Parmi les 21 personnes pour l’heure mises aux arrêts, seuls 4 appartiendraient au PSP de Walid Joumblatt.

Walid Joumblatt avait ainsi accusé directement la Présidence de la République de vouloir l’isoler, recherchant désormais des protections de puissances étrangères, indiquent certaines sources. Il aurait ainsi rencontré plusieurs ambassadeurs étrangers à sa résidence Beyrouthine pour évoquer avec eux, les conséquences de l’affaire. Devant eux, il aurait accusé le Hezbollah d’être à l’origine du blocage institutionnel, suite à sa campagne contre Damas. 

Des sources proches de la présidence accusent Walid Joumblatt de manoeuvres politiques visant 2 objectifs, d’une part, d’éviter toute réunion du conseil des Ministres en dépit d’assurances à ce que l’incident de Qabr Chamoun ne puisse faire l’objet d’un vote pour que le dossier soit déféré devant le conseil judiciaire et d’autre part, d’éviter toute enquête judiciaire après que les résultats de l’enquête aient révélés que des dirigeants du PSP ont été directement impliqués dans les évènements précédents visant à empêcher la venue du Ministre des AF dans le Chouf. Un membre important du PSP serait même directement impliqué selon les enquêteurs. 

Un rappel concernant l’incident de Qabr Chamoun

Pour rappel, le 30 juin dernier, le convoi du Ministre des AF Gébran Bassil avait été bloqué au niveau de la même localité par les sympathisants du PSP alors que le Ministre en charge des déplacés syriens, Saleh Gharib, par ailleurs membre du Parti Démocratique Libanais (PDL), parti druze rival du PSP, devait le rencontrer. Il avait alors fait demi-tour en raison de la possibilité d’incidents sécuritaires.

Selon le Ministre de la Défense également présent dans le convoi, des informations de ses services avaient relevé la présence d’armes dans les voitures des manifestants pro-Joumblatt.

Suite à ce blocage du convoi du Ministre des AF qui devait donc retrouver son homologue en charge de la question des réfugiés syriens, le Ministre Saleh Gharib a donc décidé de se porter à sa rencontre.

Rapidement, des rumeurs ont circulé parmi les manifestants sur la possible présence de Gébran Bassil dans la voiture de Salah Gharib. Le Ministre Saleh Gharib a accusé les manifestants d’être à l’origine d’une tentative d’assassinat. Ces derniers, selon Saleh Gharib auraient ouvert le feu au passage de son convoi.

Son véhicule a d’ailleurs été touché de plusieurs balles. 2 de ses gardes du corps sont également décédé dans cette fusillade.

Le CPL avait également accusé l’ancien député druze Walid Joumblatt d’inciter à un retour à la guerre civile dès le 1er juillet.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.