Le mur de séparation entre le Liban et Israël au niveau de la localité de Metulla Bab Fatmé. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés.
Le mur de séparation entre le Liban et Israël au niveau de la localité de Metulla Bab Fatmé. Crédit Photo: François el Bacha, tous droits réservés.

Première réaction des autorités libanaises face à la confirmation de la découverte de tunnels par les autorités israéliennes au niveau de la ligne de démarcation entre les 2 pays, Beyrouth estime que ces tunnels sont anciens et non utilisables depuis de nombreuses années.

Des sources sécuritaires s’exprimant dans les colonnes du journal Al Joumhouriah ont accusé l’état hébreu de connaitre l’existence de ces tunnels depuis un certain temps mais de les utiliser aujourd’hui à des fins politiques.

Pour rappel, l’état hébreu qui accuse le mouvement chiite Hezbollah d’avoir mis en place plusieurs tunnels au travers des territoires libanais et israéliens, avait lancé une opération ce mardi, intitulée « Bouclier du Nord » pour les détruire.

Cette opération serait coordonnée avec la FINUL, indiquent les forces israéliennes. L’organisation internationale aurait par ailleurs reçue une carte ou sont localisées, selon Tel Aviv, les entrées de ces tunnels, côté libanais.

Les installations découvertes se situeraient au niveau de la colonie de Metula. Ils pourraient dater de la 2ème guerre mondiale, les troupes britanniques ayant construit de nombreuses installations souterraines dans les environs – notamment un hôpital militaire à Khiam – et disposaient d’un aérodrome.

Ce dernier développement intervient alors que le Premier Ministre Israélien, actuellement confronté avec son épouse à une affaire de corruption pour laquelle la justice demande son inculpation, avait accusé le Hezbollah d’avoir mis en place 3 zones de stockages de missiles à proximité de l’aéroport international de Beyrouth. Le Ministre de l’Etranger libanais Gébran Bassil avait alors invité les diplomates en poste à Beyrouth à visiter les lieux supposés, démentant ainsi les accusations israéliennes.

Aussi l’OLP aurait pu disposer de telles installations à la fin des années 1960 et début des années 1970

Par ailleurs, Israël poursuit la construction d’un mur entre les 2 pays, notamment au niveau de zones frontalières litigieuses. En effet, la ligne bleu, ligne de démarcation de l’armistice de 1948 ne correspond pas à la frontière internationalement reconnue, la ligne dite Paulet Newcombes de 1921.


Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.