Le secrétaire d’état aux AF, Mike Pompeo, qui était il y a 2 semaines au Liban, a indiqué que les USA pourraient imposer des sanctions à toute personne qui soutient ou qui coopère avec le Hezbollah. Il répondait ainsi au sujet de possibles sanctions qui pourraient viser le président de la Chambre des députés Nabih Berry et le mouvement Amal.

Ce lundi également, l’ambassadeur du Liban aux USA, Gaby Issa, avait confirmé les informations faisant état d’une possible mesure à l’encontre de Nabih Berry.

Mike Pompeo s’exprimait lors d’une conférence de presse au cours de laquelle, il a également ajouté avoir déclaré aux dirigeants libanais qu’il a rencontré que les USA ne tolèrent pas le renforcement du mouvement chiite au Liban et dans la région.

Pour rappel, Nabih Berry est également détenteur de la nationalité américaine obtenue suite à son premier mariage avec Lila dont il a eu 6 enfants et qui résident aux USA. Il est aujourd’hui marié à Randa Berry, mère de 3 de ses enfants. Il possèderait de nombreux biens aux USA.

Il a été réélu pour un 6ème mandat, le 22 mai 2018, avec un bloc parlementaire de 15 députés.

Lors des élections parlementaires, Nabih Berry – qui avait constitué des listes de coalitions notamment avec le Hezbollah – avait obtenu le 2ème nombre le plus importants de voix sur le plan national, avec plus de 42 000 bulletins en sa faveur dans le caza Sud Liban II Tyre/Zahrani. Seul le député Mohammed Raad du Hezbollah dans le caza Sud Liban III Nabatieh-Marjayoun-Hasbaya-Bint Jbeil avait fait mieux avec presque 44 000 voix en sa faveur. 

Amal s’est affrontée brutalement au Hezbollah à la fin 1988 à Beyrouth. Les combats avaient alors cessé suite à l’intervention de l’Armée Syrienne. Amal s’était ensuite rapproché du Hezbollah, jusqu’à s’en déclarer solidaire durant le conflit israélo-libanais de 2006 et coopérer les années suivantes. Les Ministres Amal démissionneront ainsi du cabinet de Fouad Saniora et s’allier politiquement.

Jusqu’à présent, en dépit de sa coopération avec le mouvement chiite Hezbollah, tant son dirigeant Nabih Berry que le mouvement Amal avaient été épargnés de toute sanction américaine.

Les propos du responsable américain interviennent alors que Washington a décidé d’inclure sur la liste des organisations terroristes, les gardiens de la révolution, après avoir rétabli en 2018,  un embargo sur les produits pétroliers, sur le secteur aéronautique et minier, et une interdiction d’utiliser le dollar américain dans les transactions commerciales avec l’Iran.

1 COMMENTAIRE

  1. Dans le besoin potentiel des USA et d’Israël de conclure la crise économique par une guerre de futurs défunts libanais et libanaises, il va de soi que la provocation de morts nécessaires va à l encontre des idées démocratiques de respect de l intégrité d’un territoire et reconnaissance de souveraineté d un pays.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.