L’Ambassadeur Russe au Liban Alexander Zasypkin a indiqué, depuis Bkerké, siège patriarcal, ce mardi 2 avril qu’il n’aurait reçu aucune plainte des réfugiés de retour en Syrie.

L’Agence Nationale d’Information (ANI) a indiqué que le diplomate a discuté avec le Patriarche Béchara Boutros Rahi, des résultats du voyage du Président de la République, le Général Michel Aoun, qui s’était rendu la semaine dernière à Moscou.
Il y avait notamment rencontré son homologue russe Vladimir Poutine.

« Les réfugiés qui sont rentrés ne font aucun commentaire et ne se plaignent pas. Laissons de côté les rumeurs. Le retour des réfugiés est dans leur intérêt et dans l’intérêt du peuple libanais« 
Alexander Zasypkin, Bkerké, le 2 avril 2019

Au menu des discussions entre les 2 hommes, le dossier de l’initiative russe pour permettre le retour des réfugiés syriens présents au Liban.

Pour rappel, le Liban héberge 1.5 millions de réfugiés qui ont fui le conflit civil qui a débuté en 2011. Leurs présences impacte largement l’économie et les infrastructures libanaises.

Selon Alexander Zasypkin, la Russie et le Liban partagent le même point de vue concernant ce dossier.

Il a ainsi appelé la communauté internationale à oeuvrer activement à ce retour dans des zones sécurisées, alors que cette dernière lie tout retour à un règlement politique du conflit syrien. Alexander Zasypkin a notamment estimé que tout pays occidental ou arabe se joignant à l’initiative russe sans poser de conditions politiques préalables pourrait permettre à ce dernier de s’enclencher.

Pour rappel, l’initiative russe consiste en le retour de 890 000 réfugiés soit la moitié des réfugiés syriens présents au Liban.

Ces déclarations interviennent alors que certaines associations libanaises dont SAWA for Development and Aid avaient accusé Damas d’exactions et d’actes violents vis-à-vis de réfugiés ayant choisi de retourner en Syrie.

La présence du retour d’un million et demi de réfugiés syriens présents sur le sol libanais avait enclenché une vive polémique au Liban, le mois de février, suite à la visite à Damas du Ministre en charge du dossier, Saleh Gharib. Certains partis, dont le Courant du Futur du Premier Ministre Saad Hariri ou les Forces Libanaises, estiment en effet que discuter de ce retour équivaut à une normalisation des relations entre les 2 pays. Le Courant Patriotique Libre du Président de la République, le Général Michel Aoun, le Hezbollah ou Amal estiment, de leur côté, nécessaire la coopération entre le 2 états pour faciliter ce retour.

Le Premier Ministre Saad Hariri a cependant estimé que l’initiative russe est la seule valable à l’heure actuelle.

Lire également

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.