La vielle ville de Tyr, le site de la cathédrale croisée. Crédit Photo: Francois el Bacha

Une centaine de manifestants a été pris à parti par des hommes armés ce samedi à Tyr au Sud Liban, alors qu’ils entonnaient des chants contre le dirigeant du mouvement Amal et Président du Parlement Nabih Berry.

Des témoins de l’attaque indiquent que des personnes auraient été battues. Les assaillants auraient aussi fait usage de leurs armes. Ils dénoncent également l’absence de présence des forces de sécurité ou encore de l’armée libanaise.

Cet incident n’est pas le premier qui se déroule à Tyr. Déjà vendredi dernier, des affiches du Président de la Chambre des Députés avaient été vandalisées suite à quoi, des partisans du mouvement Amal ont déjà tiré.

Par ailleurs, également vendredi, les manifestants qui dénoncent les conditions sociales et économiques qui se sont dégradées, s’en sont également pris aux bureaux de 2 députés du mouvement Amal, Hani Qobeissi et Yassine Jaber.

Côté résidences de Nabih Berri, alors qu’à Ein Tineh, dans la partie Ouest de Beyrouth, tout parait normal, dans la région de Nabatiyeh, des témoins font état de la présence de gardes armés plus nombreux que normalement.

Les manifestations, à l’origine de ce jeudi, ont débuté suite à la proposition du Ministre des télécoms d’instaurer une taxe sur le système de communication VOIP comme WhatsApp, ce qui amène certains à, désormais, l’appeler Révolution WhatsApp. Cependant, elles ont rapidement dégénéré suite aux tirs des gardes du corps du Ministre de l’éducation Akram Chéhayeb de passage au centre-ville de Beyrouth. La proposition de taxe a été depuis retirée par le Ministre des télécoms Mohammed Choucair.

Depuis, les manifestants dénoncent une classe politique dans son ensemble comme étant considérée comme corrompue alors que l’état libanais chercherait actuellement à adopter le budget de 2020, condition préalable au déblocage de l’aide économique CEDRE.

Les manifestations se sont étendues à l’ensemble du territoire libanais, du Nord au Sud Liban et notamment Tyr où, première historique, des personnes ont dénoncé le Président du Parlement.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.