Le siège de la Banque du Liban. Crédit Photo: Francois el Bacha, tous droits réservés.
Le siège de la Banque du Liban. Crédit Photo: Francois el Bacha, tous droits réservés.
2 minutes à lire

Les autorités libanaises ont démenti les informations faisant état d’une possible demande aux créanciers détenant des eurobonds arrivant à maturité le 9 mars prochain pour un montant de 1.2 milliards de dollars, d’un report de 7 jours pour décider ou non du paiement de cette échéance.

Cette information intervient alors que se multiplient les rencontres bilatérales entre responsables politiques, économiques et monétaires suite à une possible mise en défaut du Liban.

Ainsi, après une réunion au palais présidentiel de Baabda pour informer le chef de l’état sur la situation économique, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé s’est également entretenu avec le Premier Ministre Hassan Diab et le ministre des Finances Ghazi Wazni en compagnie du Président de la commission de contrôle bancaire.

Ce dernier, Samir Hammoud, a indiqué que le Liban aura à effectuer un long voyage avec le Fonds Monétaire International (FMI) qui devrait donner en fin de semaine, ce vendredi ou ce samedi, ses conclusions suite à sa mission.

Selon une dépêche de l’Agence Nationale d’Information, le plan de relance devrait ainsi racler les racines des problèmes auxquels le Liban fait face et la solution sera financée à la fois par les fonds arabes et internationaux, une allusion également aux faiblesses financières désormais révélées par l’ampleur de la crise économique que traverse le Liban.

Samir Hammoud a décrit la mission du FMI pour l’heure d’exploratoire, pour déterminer la taille et le type de crise par laquelle le Liban passe actuellement. Il s’agissait de comprendre comment et pourquoi afin de formuler un plan et de préconiser des mécanismes qu’il reviendra aux autorités libanaises de mettre en place et qui permettront de sortir de la crise actuelle.

Selon le Président de la commission de contrôle des banques, l’état devrait ainsi assurer un équilibre de sa situation financière et devrait également revitaliser l’économie locale parallèlement à une recapitalisation du secteur bancaire.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français