Moins d'une minute de lecture

Pour toi, pour tes beaux yeux, pour ton joli cœur, pour la noblesse de ton âme, je maudis ce pays qui t’a éloigné de moi, de nous.

Je maudis ce pays, dont nous sommes censés être fiers, qui nous rend honteux, perdus, à la recherche d’une identité, d’une reconnaissance, d’une vie. Je maudis ces politicards que nous n’avons pas élus et qui sont responsables de ton départ, de notre détresse.

Sache mon frère que j’aime que désormais dans notre pays, là où tes traces et nos souvenirs demeurent, je me considère exilée, étrangère, parmi mes compatriotes qui me parlent en une langue qui a cessé d’être la mienne et dont la culture ne me ressemble guère.

Je maudis ces compatriotes, ces confrères, qui eux aussi sont responsables de notre calvaire à même titre que leurs salopards chefs tribaux, leurs dieux !

Je maudis leur aveuglement meurtrier, leur allégeance criminelle, ces tueurs d’amour, de tout amour.

Je maudis cette terre qui nous a bercés enfants et adolescents et nous a déchirés adultes.

Je maudis cette culture de merde ambiante qui nous pousse à nous entretuer chez nous pour aller nous aimer ailleurs.

Je maudis les religions, ses dieux et ses hommes qui font semblant qu’ils visent la paix mais qui en réalité créent les frontières les plus dures qui soit.

Sache mon frère adoré, que pendant ta longue absence, tu resteras envahissant et que de notre douleur profonde jaillira l’espoir en des jours meilleurs. Souviens-toi que nous sommes des victimes mais jamais des vaincus, des Phénix qui se ressuscitent à jamais.

Rime KHALAF

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français