La France aurait demandé aux autorités israéliennes de s’abstenir d’attaquer le Liban avant la formation du prochain gouvernement, a annoncé le quotidien Maariv. Cette demande aurait été formulée par le Ministre AF étrangères Jean Yves le Drian lors d’un entretien avec le Président Israélien, Reuven Rivlin.

Cette demande intervient alors que le Premier Ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, devant l’Assemblée Générale de l’ONU, avait menacé le Pays des Cèdres, accusant le Hezbollah de posséder des lieux de stockage de missiles jusqu’à proximité de l’Aéroport International de Beyrouth.

Depuis les autorités israéliennes accusent le Liban d’avoir couvert la mise en place de tunnels violant la Ligne Bleue, ligne de démarcation entre le 2 pays régie par la convention d’armistice de 1948. Tsahal aurait ainsi découvert 6 tunnels lors d’une opération intitulée Bouclier du Nord et qui s’est achevée le 13 janvier dernier.
Pour Beyrouth, ces tunnels sont anciens – certains pourraient même dater de l’époque ou l’OLP opérait au Sud Liban -.

Ce samedi, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, s’est exprimé pour la première fois à ce sujet, refusant de confirmer ou d’infirmer le fait que le mouvement chiite ait mis en place des tunnels. Il a cependant affirmé que certains daterait d’avant le dernier conflit israélien libanais de juillet 2006.

Mise à jour

Le Quai d’Orsay a démenti, au cours de sa conférence de presse journalière les informations publiées par le journal Maariv:

Q – Est-il exact que vous avez demandé à Israël, comme l’évoquent certains articles de presse, de n’entreprendre aucune frappe militaire au Liban avant la formation d’un gouvernement dans ce pays ? D’après ces mêmes sources, M. Le Drian a prévenu que le Président Macron annulerait sa visite au Liban dans le cas contraire. Par ailleurs, confirmez-vous que M. Le Drian a également indiqué que la France avait récemment cessé de fournir son aide à l’armée libanaise ?
R – Il s’agit de spéculations qui n’ont aucun fondement.
La France est attentive à la situation au Liban et souhaite qu’un gouvernement soit maintenant formé au plus vite. Elle considère qu’il s’agit là d’une nécessité pour que la souveraineté, la sécurité et la stabilité du Liban prévalent dans un contexte régional difficile. Elle souhaite que les engagements pris par les autorités libanaises et les partenaires internationaux lors des conférences CEDRE et ROME II soient respectés et mis en oeuvre.
La France, elle-même, maintient ses engagements et continue d’apporter son soutien à l’armée libanaise et aux forces de sécurité intérieure. Elle appelle en outre au strict respect des résolutions du Conseil de sécurité et salue l’engagement de la FINUL pour que le calme soit maintenu le long de la ligne bleue, à la frontière entre le Liban et Israël./


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.