Le dirigeant du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, interviewé ce samedi 26 janvier 2019 par la chaine Al Mayadeen
Le dirigeant du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, interviewé ce samedi 26 janvier 2019 par la chaine Al Mayadeen

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, s’est exprimé pour la première fois depuis le mois de novembre, au cours d’une interview télévisée, diffusée ce samedi 26 janvier 2019 par la chaine Al-Mayedeen.

« La résistance et l’axe de la résistance sont prêts à répondre à toute agression »

Hassan Nasrallah est apparu en forme en dépit de rumeurs diffusées par certains médias israéliens faisant état de soucis concernant sa santé et notamment d’une crise cardiaque en début de cette année.

Parmi le principal sujet de cette interview, le conflit avec Israël et notamment l’affaire des tunnels découverts entre les 2 pays.

Des tunnels qui existaient avant le conflit de juillet 2006

Hassan Nasrallah a abordé la question des tunnels qui ont été trouvé entre les 2 pays. Pour rappel, les autorités israéliennes avaient lancé en décembre dernier une opération intitulée Bouclier du Nord pour les trouver et les détruire. Cette opération s’est achevée le 13 janvier après la découverte de 6 installations souterraines.

Il a estimé que le Premier Ministre israélien a aidé en réalité le Hezbollah, en raison de la peur présente désormais en Israël même.

Le dirigeant du Hezbollah a indiqué que certains d’entre eux existaient déjà avant le conflit de juillet 2006.

« Le fait d’avoir découvert des tunnels n’est pas étonnant, mais ce qui est étonnant est qu’ils aient mis autant de temps, » a déclaré le dirigeant du Hezbollah au sujet des tunnels découverts par l’Etat Hébreu le long de la Ligne bleue. Il n’a cependant pas précisé si le Hezbollah lui-même était à l’origine de ces tunnels.

Hassan Nasrallah a également indiqué qu’il pourrait y avoir de nombreux tunnels qui ne seraient pas encore découverts avec l’état hébreu.

Il a déclaré que de toute façon le Hezbollah n’aurait pas besoin de telles installations pour pénétrer à l’intérieur du territoire israélien.

Les tunnels, selon le dirigeants du Hezbollah, n’avaient donc pas un intérêt géostratégique mais ont été instrumentalisés par Israël pour tenter de provoquer des troubles politiques au Liban.

Le dirigeant du Hezbollah a réfuté les accusations « de propagande israélienne » au sujet de zones de stockage de missiles à proximité de l’aéroport international de Beyrouth. Le Premier Ministre Israélien, Benjamin Netanyahu, selon Hassan Nasrallah, visait également à provoquer des troubles internes. Il a remercié le Koweït pour son implication auprès du Conseil de Sécurité dont l’attitude a permis de contenir une possible crise. Il a également salué l’attitude du Ministre des AF Gébran Bassil qui avait invité les diplomates en poste au Liban à se rendre sur les lieux désignés par le Premier Ministre Israélien lors de son discours devant l’ONU.

Sur le dossier des zones disputées entre le Liban et Israël – qui construit actuellement un mur de séparation avec le Liban-, le Hezbollah, indique Hassan Nasrallah, soutient les demandes de l’État Libanais.

Il revient cependant à Beyrouth de négocier le tracés des frontières conformément aux accords franco-britanniques conclus dans les années 1930.

Hassan Nasrallah a également mis en garde contre un possible conflit d’ici les élections qui auront prochainement lieu en Israël. Il s’agirait, selon lui, d’un risque que pourrait prendre le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu face à un scrutin qui pourrait lui être difficile.

Sur ce conflit, le dirigeant du Hezbollah a indiqué posséder « beaucoup de fusées qui peuvent tomber sur Tel Aviv ». Il a estimé que les prochains conflits concerneront toute la Palestine Occupée. À ce sujet, il a précisé posséder un certain nombre de missiles de précision en nombre suffisant et capables d’atteindre des ministères israéliens ou des bases militaires secrètes de l’armée israélienne.

S’adressant à la population israélienne en blaguant, Hassan Nasrallah a invité ces derniers à faire accepter au Premier Ministre Israélien, à ce que le Hezbollah ait des armes de précisions, capables de toucher des installations et des cibles militaires et non civiles.

« Nous répondrons à toute guerre israélienne ou à tout assassinat de membres du Hezbollah au Liban et même en Syrie… et nous traiterons de toute opération élargie lancée par l’ennemi en tant que guerre« , indiqué Hassan Nasrallah.

Sur le volet syrien, le dirigeant du Hezbollah a indiqué que des représentants kurdes ont demandé à rencontrer des responsables du mouvement chiite après la décision américaine de se retirer du Kurdistan syrien.

Par ailleurs, le développement des capacités antiaériennes en Syrie face aux israéliens seraient de nature à changer les équilibres de force. Les tentatives de Netanyahu, estime Nasrallah, d’empêcher le mouvement chiite d’acquérir des armes de précisions en bombardement la Syrie sont inutiles.

Lire également