Riad Salameh, governor of Lebanon's central bank, speaks to the Financial Times in his office in Beirut, Lebanon, on October 30, 2017. [Sam Tarling for the Financial Times]

Certaines sources de la chaine de télévision LBCI ont indiqué que le deuxième round de négociation entre Fonds Monétaire International (FMI) et autorités libanaises a abordé la question cruciale des comptes de la Banque du Liban (BDL).

Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, actuellement sujet à de nombreuses critiques quant à la politique monétaire qu’il a mené depuis son accession à son poste en 1993 et en rapport aux opérations d’ingénieries financières conduites entre 2016 et 2018, était présent à la réunion.

Pour l’heure, on ignore les détails exacts qui ont été donnés. Cependant, le FMI avait précédemment demandé les détails des réserves monétaires de la Banque du Liban.

Pour rappel, le plan de sauvetage du gouvernement Hassan Diab prévoit une restructuration du secteur financier local tant privé que public. Les pertes de la Banque du Liban seraient ainsi estimées à 63 milliards de dollars à elles toutes seules. Les autorités libanaises demanderaient ainsi une assistance financière de 10 milliards de dollars au FMI. Par ailleurs, les pays donateurs du Liban dans le cadre de CEDRE exigeraient également un accord préalable avec le FMI pour libérer l’aide économique prévue depuis avril 2018.

Le gouvernement prévoit par ailleurs de laisser flotter la livre libanaise.

Aussi, les participants auraient convenu d’organiser 2 à 3 réunions par semaine pour discuter du plan monétaire.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.