Nouhad Machnouk. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Nouhad Machnouk. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Le ministre de l’intérieur Nouhad Machnouk a dénoncé l’occupation de la localité libanaise d’Arsal, dans la Békaa par le groupe terroriste Daech également appelé Etat Islamique, alors que le quotidien libanais As Safir a indiqué que ce groupuscule terroriste a donné plusieurs avertissements à une famille libanaise résidante de cette localité de quitter les lieux.

Un des membres de cette famille, Ali Ezzedine connu pour s’être en effet opposé à la présence de Daech a été exécuté la semaine dernière. Suite à ce meurtre, les cousins d’Ali Ezzedine auraient exécuté en représailles un ressortissant syrien appartenant à l’Etat Islamique.

L’organisation terroriste menace désormais également sa famille et notamment son épouse et ses 3 enfants de connaitre le même sort s’ils ne quittent pas Arsal. Ils auraient pour l’heure refusé cet ultimatum.

D’autres incidents du même genre auraient déjà eu lieu par le passé. Le journal arabophone note notamment la détention d’un ressortissant libanais Ahmad Kassem à son domicile, accusé de collaboré avec l’armée libanaise. Il aurait dû paraitre devant un tribunal islamique constitué par Daech mais a réussi à s’enfuir.  Ce tribunal aurait déjà prononcé une peine de mort contre Younes al Hujeiri, également accusé de collaborer avec les autorités libanaises et décapité le mois dernier.

Abritant plusieurs dizaines de milliers de réfugiés syriens ayant fui les combats entre loyalistes au régime de Bachar el Assad et rebelles syriens dont les groupuscules terroristes Al Nosra et Daech, notamment dans le Qalamoun et la région de Homs, Arsal était un lieu de transit pour différents types de trafics et notamment de trafic d’armes et de combattants à destination de ces derniers. Cependant, de nombreuses sources notamment du renseignement arabes et occidentales mettent en garde contre la constitution d’un émirat islamique à cheval entre les frontières syriennes et libanaises. Daech et Al Nosra, alliés dans la région, viseraient notamment à occuper les localités sunnites de Majdel Aanjar et d’Arsal ainsi que les villages chiites de Brital et chrétiens de Ras Baalbek afin – craint-on – de commettre un massacre de la population, et d’inciter à un conflit d’ordre confessionnel au Liban.

En aout dernier, les groupes terroristes se sont également attaqués aux forces de sécurité et à l’armée libanaise présente dans les lieux, enlevant 25 membres. 2 d’entre eux ont été tués dont un décapité. Des négociations sont toujours en cours afin d’obtenir leurs libérations.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.