Les élections législatives se sont achevées au Liban, alors que les résultats du scrutin n’est pas attendu avant demain à l’aube. Des incidents décrits comme mineurs par les autorités et les observateurs internationaux se sont déroulés en cette journée électorale. Pour l’heure, les autorités ont indiqué que le taux de participation a atteint 46%.

Premières élections législatives en 9 ans, 3.6 millions d’électeurs étaient ainsi conviées à élire les 128 députés du prochain parlement selon une loi électorale que beaucoup considéraient comme compliquée. Il fallait ainsi choisir une seule liste et parmi les candidats du district, un seul décrit comme préférentiel.

Il s’agissait notamment de choisir parmi plus de 583 candidats présents sur 77 listes.
Liban: La carte des circonscriptions électorales pour les élections législatives du 6 mai 2018. Crédit photo: Libnanews.com
Liban: La carte des circonscriptions électorales pour les élections législatives du 6 mai 2018. Crédit photo: Libnanews.com

La loi électorale a été largement critiquée par les électeurs, estimant que le vote était souvent par défaut et non par conviction.

Adoptée en juin 2017, la nouvelle loi électorale institue une représentation proportionnelle dans 15 circonscriptions plurinominales. Pour rendre la chose encore plus complexe, 7 circonscriptions électorales sur les 15 sont divisées en plusieurs « districts mineurs ». Le comptage des votes préférentielles quant à lui se fait sur l’échelon de cette circonscription « mineure ».

Des élections depuis longtemps attendues

En raison des différentes crises, politiques avec le retard pris dans l’élection d’un nouveau Chef d’État qui ne s’est achevé qu’en 2016, sécuritaires avec la présence d’organisations terroristes à ses frontières et qui s’est achevée par l’offensive Aube du Jour de l’Armée Libanaise en 2017, économiques qui perdurent jusqu’à aujourd’hui, avec notamment la pression exercée par la présence 1.8 millions de réfugiés syriens, les autorités libanaises avaient, jusqu’à présent, retardé la tenue des élections législatives pour renouveler un parlement dont le mandat était pourtant arrivé à son terme en 2013. Ce dernier, face aux risques de vide institutionnel, avait alors choisi d’auto-prolonger la durée de sa législature.

Dans de nombreuses régions, notamment dans la Békaa, de nouvelles urnes électorales sont acheminées, en raison d’une participation plus importante que prévue. 73 urnes supplémentaires ont ainsi été acheminées d’urgence dans la circonscription de Baalbeck Hermel, âprement disputée entre le Hezbollah, les Forces Libanaises et leurs alliés respectifs.
A la demande du Président de la République, les personnes présentes à l’intérieur des centre électoraux ont pu accomplir leurs droits de vote au-delà de 7h du soir, horaire normal de fermeture des bureaux de vote.
Par ailleurs, le chef de l’état, le Général Aoun, s’est au Ministère de l’Intérieur pour y suivre, avec le Ministre Nouhad Machnouk, le bon déroulement des élections législatives.

Des résultats attendus pour lundi matin, les circonscriptions pivots de l’élection législative

Sauf surprise de taille, il s’agira d’observer les résultats dans plusieurs circonscriptions. En raison de la loi électorale, il est attendu que les grands partis libanais comme le Courant Patriotique Libre ou le Courant du Futur aient un nombre de parlementaires plus réduits au profit de figures indépendantes ou des Forces Libanaises qui pourraient obtenir jusqu’à 8 députés. Coté communauté chiite, la coalition entre le Hezbollah et le mouvement Amal pourrait au contraire se renforcer et obtenir jusqu’à 40 députés. Ils seraient alors les grands vainqueurs de ces élections législatives.

Les 2 circonscriptions électorales Beyrouth I et II

A Beyrouth I, la coalition de la société civile tentera de rééditer l’exploit de Beyrouth Madinati lors des élections municipales de 2016 et qui l’avait emporté mais en raison du découpage électoral n’avait pas pu imposer un seul de ses membres au Conseil Municipal de la capitale. Un bémol, pour l’heure, les taux de participation en dessous de 20% à 2h de l’après-midi rendent difficile la réalisation d’un tel projet.

Nord Liban

Au Nord Liban, dans la circonscription de Tripoli-Minnieh-Dennieh, plusieurs listes se font face dont celles du parti du Premier Ministre Saad Hariri qui s’oppose à celle de l’ancien ministre de la Justice Ashraf Rifi. Lors des élections municipales de 2016, ce dernier avait réussi à s’imposer en allant jusqu’à éliminer les membres des communautés religieuses minoritaires.
Toujours dans le nord, il faudra observer si le Ministre actuel des Affaires Étrangères Gébran Bassil réussira à être élu à la faveur du scrutin proportionnel.

La Békaa

Dans la Békaa, la circonscription du Hermel semble devenir l’enjeu principal entre les Forces et le Hezbollah avec les déclarations multiples du secrétaire général du mouvement chiite.

Mont Liban

Au Mont-Liban, il faudra observer la possible élection d’un membre du Hezbollah dans le caza du Kesrouan-Jbeil, fief du Chef de l’Etat, le Général Michel Aoun, sur une liste différente de celle du Courant Patriotique Libre. Dans cette circonscription, le Général Chamel Roukoz, gendre du Président de la République, tentera également de succéder à son beau-père à la place de député.

Le ministère de l’intérieur a indiqué que plusieurs centaines de plaintes concernant des  violation de la loi électorale ont été enregistrées pour l’heure.
Ces dernières seraient toutefois mineures alors que les observateurs européens, par l’intermédiaire de son chef de mission, Elena Valenciano , indiquent être positivement impressionnés « à 98% » selon ses déclarations. La gestion du processus de vote se passe normalement et professionnellement« , a indiqué la responsable de la mission qui a poursuivi, saluant « le rôle très important des Forces armées libanaises, qui sont déployées dans tout le pays, et qui ne font pas que maintenir la sécurité mais aident aussi les personnes qui ont besoin d’aide pour aller voter. »
Elle a cependant dénoncé la proximité des bureaux de votes avec des personnes de partis mais a indiqué que ces incidents ne sont pas sérieux.

Des incidents mineurs ont été rapportés par les médias

Le Ministre de l’intérieur est accusé par l’association LADE d’avoir violé la loi électorale appelant au silence des candidats en s’exprimant à l’issue de son vote ce dimanche et en appelant à accorder le vote préférentiel des électeurs au Premier Ministre Saad Hariri. Ce dernier se présente effectivement dans le 2ème district de la capitale.

SUD LIBAN

Une candidate du parti de la société civile Sabaa, qui fait partie de la coalition civile Kollona Watani- se serait fait agressée, battue et menacée avec un couteau dans le 3ème district électoral ou le Hezbollah et Amal sont très présents. Cet incident a été dénoncé par le parti Sabaa.
NORD LIBAN
Une bagarre a eu lieu lors du déplacement du ministre du CPL, Pierre Raffoul dans un bureau de vote à Zghorta. La VDL indique que ses gardes du corps auraient insulté Jessie Doueihi, fille d’un candidat à la députation, Michel Doueihi. Toujours dans le nord, le CPL a porté plainte contre une responsable du Ministère de l’Intérieur Rouba Shafchaq, accusée de favoriser les Forces Libanaises en ayant expulsé les représentants des autres partis.
MONT LIBAN
Une bagarre aurait éclaté à Ehmeh, entre partisans de Ziad Hawat, ancien maire de Byblos et présents sur la liste des Forces Libanaises et Simon Abi Ramia.
Des bagarres auraient également eu lieu à Aley entre partisans du PSP de Walid Joumblatt et du Parti Démocratique Libanais. Toujours dans le district d’Aley, une autre altercation a eu lieu à l’intérieur d’un bureau de vote. Une personne a ouvert une urne électorale et a renversé les bulletins, selon la chaine de télévision Al Jadeed qui a réussi à enregistrer l’incident.
A Choueifat, localité de la circonscription d’Aley, des bagarres ont eu lieu avec une implication du PSP. Le représentant local de ce parti accusait les forces de sécurité de ne pas être intervenu assez tôt alors que le conducteur d’un véhicule a été arrêté après avoir tenté de forcer un barrage.
Au Chouf, des incidents ont également eu lieu entre partisans du Courant du Futur et ceux du candidat Ali al Hajj.
BÉKAA
Des incidents ont nécessité l’intervention de l’armée libanaise alors que des sympathisants d’un parti politique souhaitaient emporter leurs drapeaux à l’intérieur du bureau de vote.
À Zahlé, la prompte intervention des Forces de Sécurité a empêché que la situation entre partisans du Courant du Futur du Premier Ministre et des sympathisants des Forces Libanaises ne dégénèrent.
à Zahlé, des incidents entre Forces Libanaises et proches du député Nicolas Fattoush sont à déplorer lors de l’attaque d’une de ses permanence électorale. Ces derniers accusaient le député d’achats de voix.
Toujours à Zahlé, des sympathisants des Forces Libanaises s’en sont pris au véhicule de la candidate Myriam Skaff. Dans une conférence de presse qu’elle a tenu, la candidate indique que ces derniers ont endommagé son véhicule à l’aide de bâtons. Elle s’est également prise aux Forces de sécurité qui ne sont pas intervenus durant l’incident.
BEYROUTH
Divers incidents ont également eu lieu. Dans le premier district électoral, Ashrafieh, Rmeil, Saifi and Medawar, les représentants de la coalition de la société civile Kollona Watani ont été expulsés des bureaux de vote sous le prétexte que les permis qui leurs avaient été accordés sous le nom de la liste et non en leurs noms personnels.
Dans la deuxième circonscription de la capitale, des incidents ont eu lieu dans un bureau de vote situé à Tarek Jadideh, sans plus de détails, alors que des représentants de partis politiques ont également violé la loi électorale en prenant des photos à l’intérieur des centres électoraux.

Une première: le vote des libanais expatriés

Pour la première fois de son histoire contemporaine, les expatriés libanais ont voté le vendredi 27 avril 2018, pour ceux qui résident dans 6 pays arabes (Égypte, Arabie Saoudite, Qatar, Koweït, Sultanat d’Oman et Émirats Arabes Unis) et le dimanche 29 avril 2018 pour ceux qui résident dans 33 pays.
Des 82 970 électeurs qui s’étaient volontairement enregistrés sur les listes électorales à l’étranger, seuls 48 962 expatriés, soit 59%, ont voté, un nombre considéré comme insatisfaisant. Leurs votes – dont les urnes ont été préalablement rapatriées au Liban et stockées dans les bâtiments de la Banque du Liban – seront décomptés à l’issue du scrutin dans leur cazas d’origine et les résultats communiqués demain matin.
Lire également:

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.