Selon un site israélien, le secrétaire d’état américain, Mike Pompeo s’est aligné sur les positions israéliennes, appelant les autorités libanaises à éliminer le complexe de Nabi Chit ou à faire face à une attaque israélienne soutenue par les USA.

DEBKAfile indique que ce message était adressé directement au Ministre des Affaires Etrangères, Gébran Bassil. Il a indiqué que l’état hébreu aurait débuté les phases préparatoires pour une telle attaque, avec le soutien américain total, « quelles que soient les conséquences de l’opération ».

Pour rappel, les opérations israéliennes violent, outre la souveraineté libanaise sur son territoire et son espace aérien, la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU qui a mis fin au conflit de juillet 2006. Beyrouth demande ainsi à la communauté internationale d’intercéder en sa faveur et à faire pression sur Tel Aviv afin que les survols de son territoire s’achèvent.
En juillet dernier, le secrétaire général de l’ONU avait ainsi souligné que l’état hébreu avait ainsi violé plus de 100 fois par mois entre février et juin, l’espace aérien libanais. 72% de ces violations étaient du fait de drones, avaient relevé les soldats de la FINUL dont le mandat vient d’être renouvelé la semaine dernière.

Ainsi, note le site, les autorités militaires israéliennes auraient renforcé leurs capacités de défense face à des missiles lancés depuis le Sud Liban, en raison d’un possible conflit de plus grande ampleur suite à cette opération à venir.

Le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu, se serait également déplacé en Grande Bretagne pour discuter des préparatifs de cette opération, accompagné par le commandant de l’armée de l’air israélienne, le major général Amikam Nurkin, et le chef de la direction des opérations de de l’Armée Israélien, le major général Aharon Havilah.

Pour rappel, les autorités israéliennes ont accusé le Hezbollah d’avoir mis en place une usine de fabrication de missiles à haute précision dans la localité de Nabi Chit dans la Békaa.

Lire également

Dans un communiqué avec des images satellites publiées en annexe, les forces israéliennes ont accusé le Hezbollah en coopération avec l’Iran, d’avoir mis en place au niveau de la localité de Nabi Chit, située dans la vallée de la Békaa, une ligne de production de missiles et ce, en dépit des propos du secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, réfutant toute installation du genre, lors d’un discours prononcé le 31 août dernier. Il s’agirait pour Tel Aviv, selon lui, de trouver n’importe quel prétexte pour attaquer le Liban.

Les Israéliens accusent également le Hezbollah d’avoir transféré certains de ces équipements dans des zones civiles de la banlieue Sud de Beyrouth, allusions indirectes à de possibles frappes dans cette région qui a déjà été visée par une tentative d’attentat à l’aide de drones piégés, dans la nuit du 24 au 25 août dernier.

Le Hezbollah a cependant indiqué posséder des missiles ayant des capacités de frappes précises pouvant atteindre des infrastructures clés situées en Israël.

Cette information intervient en dépit du calme qui prévaut depuis le 1er septembre au Sud Liban, après les représailles du Hezbollah suite à une attaque de drones piégés qui a visé la banlieue Sud de Beyrouth.
Selon le Hezbollah, au moins 4 soldats israéliens seraient décédés ou blessés suite à l’attaque d’un véhicule blindé israélien dans la localité d’Avivim, le 1er septembre, alors que Tel Aviv dément toujours que ses militaires aient été blessés.
Le mouvement chiite entendait répondre à l’attaque via 2 drones piégés qui a touché la banlieue Sud de Beyrouth, considérée comme un fief du Hezbollah la nuit du samedi 24 au dimanche 25 août. Il s’agit de la première attaque de ce type au Liban. Un de ses drones a été intercepté quand les habitants des immeubles des alentours ont réussi à le toucher par des pierres. Il s’est alors écrasé. Ce dernier contenait 5.5 kilogrammes d’explosif de type C4, indique ce mardi, le Hezbollah. Peut-être ce premier drone, un deuxième drone est apparu. Il a explosé à proximité du centre média du Hezbollah, provoquant des dégâts matériels légers. 3 personnes ont également été légèrement blessés dans cette explosion.
Par ailleurs, Beyrouth considère que, par l’utilisation de drones pour bombarder le territoire libanais, les autorités israéliennes tentent de changer les règles d’engagements issues du conflit de juillet 2006 et qui s’était achevé par l’adoption de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU garantissant la souveraineté du Pays des Cèdres sur son territoire et son espace aérien.
Le Liban demande par conséquent à la communauté internationale de faire pression sur Israël pour qu’elle cesse ces violations de l’espace aérien libanais et compte porter plainte devant le conseil de sécurité de l’ONU.
Voir notre article: https://libnanews.com/liban-saad-hariri-onu-hezbollah-israel/

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

3 Commentaires

  1. Ils souhaitent éliminer le Liban de la carte du Moyen-Orient.

    Sous prétexte que Dieu est venu en vision à Pompéo.

    Tous se prennent pour des prophètes quel monde de saints je suis toute abasourdie.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.