Le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï depuis le perron du Palais Présidentiel de Baabda. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï depuis le perron du Palais Présidentiel de Baabda. Crédit Photo: Dalati & Nohra

S’exprimant à l’occasion d’une conférence tenue par Caritas au couvent de « Notre Dame de la Montagne » (Saydet al-Jabal), à Fatqa, le Patriarche Maronite Béchara Boutros Raï s’est à nouveau exprimé en faveur d’une dissociation de dossier du retour des réfugiés syriens présents au Liban à celui d’une solution politique à la guerre civile syrienne.

Etant présent notamment le Président de la République, le Général Michel Aoun.

Décrivant le retour des réfugiés comme une urgence, le Patriarche a ainsi estimé que la communauté internationale doit séparer les 2 dossiers pour protéger le Liban.

Le Prélat s’est également prononcé sur le principe de séparation de l’Etat par rapport à la religion. Il a appelé aussi au respect des croyances et au partenariat entre les différentes communautés religieuses.

Il réitérait ainsi ses propos tenus, il y a quelques jours, à l’occasion d’une rencontre avec le Président de la République, le Général Michel Aoun à Baabda.

« Le Liban sépare l’Etat de la religion, mais il respecte toutes les croyances et reconnaît le principe du partenariat entre Chrétiens et Musulmans, à parts égales, dans la gouvernance« 
Béchara Boutros Raï, mercredi 27 février 2019

Ces propos interviennent alors qu’une polémique a éclaté au Liban à l’occasion du passage du Ministre en charge des Réfugiés à Damas. Il souhaitait discuter avec les responsables syriens du retour de ces derniers, certains estimant là qu’il y aurait une tentative de normalisation des relations entre les 2 pays. Cette normalisation serait contraire, estiment-ils à la politique de dissociation du Liban par rapport aux conflits régionaux.
Lors du précédent conseil des Ministres, le Président de la République, le Général Aoun, a du ainsi recadrer les ministres s’opposant à ces discussions.

Pour rappel, le Liban hébergerait aujourd’hui plus de 2 millions de résidents étrangers dont 1.5 millions de réfugiés syriens pour une population totale de 4 millions de libanais. Une grande partie de la population libanaise a été poussée à l’exode en raison de la dégradation des conditions sociales et économiques.

Les réfugiés syriennes, offrant une main d’oeuvre à prix bon marché, sont accusés de prendre une grande partie des emplois normalement réservés au Liban, alors que le taux de chômage de la population active atteindrait 43 % estiment des sources officielles.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.