Le Qatar a annoncé un achat massif de 500 millions de dollars de bons du trésor libanais a annoncé son ministre des Affaires Étrangères  Mohammed bin Abdulrahman al-Thani dans un communiqué.

L’annonce de cette décision a été effectuée par le Ministre des Affaires Étrangères et non par le ministre Qatari des finances, indiquant que cet achat serait plus de nature politique qu’économique et lui permettrait de marquer des points face au Royaume Saoudien.

Cette annonce intervient au lendemain de la visite surprise de l’Emir Tamim Bin Hamad al-Thani au sommet économique de la Ligue Arabe qui s’est déroulé à Beyrouth. Selon certaines sources, cette visite a été motivée par un coup de téléphone du Président de la République Michel Aoun qui aurait convaincu son homologue qatari suite à un boycott de la majorité des chefs d’état de la Ligue Arabe.

Le Qatar a toujours été déterminé à soutenir nos frères libanais face aux énormes défis auxquels ils sont confrontés. (cette décision) vient de la relation profonde qui unit les deux pays frères. L’engagement du Qatar envers ses frères arabes reste constant, quelle que soit l’évolution des circonstances.

Les autorités qataris soulignent également le besoin de la région a avoir un Liban fort et souhaitent le rétablissement de son économie, actuellement en proie à une grave crise.

Lors de la conclusion du sommet économique de la Ligue Arabe, le Ministre des Affaires Etrangères Libanais Gébran Bassil avait déjà remercié l’Emir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani “qui a brisé le siège”, sous entendant l’embargo que subit son pays suite à une crise politique avec l’Arabie Saoudite. Ce dernier est d’ailleurs reparti à l’issue de la cérémonie d’ouverture du sommet économique.

La participation de l’Émir du Qatar intervient alors que ce pays subit un blocus de la part de l’Arabie Saoudite et de ses alliés.

Lors de la mise aux arrêts du Premier Ministre Saad Hariri en novembre 2017 par le prince héritier Mohammed Ben Salmane, le Qatar avait ainsi soutenu les autorités libanaises dans leurs démarches pour obtenir sa libération. « Ce qui se passe avec le Liban actuellement est exactement ce qui s’est passé avec le Qatar, il y a 6 mois », avait alors indiqué son ministre des Affaires Etrangères Tamim Bin Hamad al-Thani

Pour rappel, cette annonce intervient alors le Ministre des Finances, tout en se voulant être rassurant, avait estimé qu’une situation de shutdown financier pourrait concerner certaines institutions publiques, faute de la constitution d’un prochain gouvernement. Par ailleurs, des rumeurs de dévaluation de la Livre Libanaise ont secoué les marchés en ce début d’année notamment suite à l’adoption par la BDL de certaines règlementations.

Plusieurs responsables libanais ont ainsi mis en garde contre un effondrement économique en cas d’absence de réformes fiscales ou économiques, alors que le Liban connait une hausse importante de l’endettement public qui atteint désormais plus de 150% du PIB. Ces taux d’endettements inquiètent de plus en plus des spécialistes du secteurs qui craignent que le Liban puisse connaitre une situation de défaut de paiement. Le Qatar semble ainsi offrir une bouée d’oxygène aux finances publiques libanaises.

1 COMMENTAIRE

  1. Compte tenu du lourd passif de l’Arabie Saoudite au Liban, il est plutôt facile pour les autorités libanaises de déterminer qui est un ami et qui est un ennemi. Le geste du Qatar est clairement politique, mais qui peut se plaindre d’une alliance entre ses deux pays que Ben Salmane a voulu et veut toujours écraser. L’Arabie Saoudite finira par tomber. Il faut juste tenir le coup et s’entraider en attendant ce jour heureux.

Comments are closed.