Le Président du Parlement se serait opposé au projet de loi instaurant une légalisation du contrôle des capitaux unilatéralement imposé, début novembre 2019 par les banques pour faire face à la crise de liquidité en devises étrangères, indique le quotidien Al Joumhouria. Cette information intervient alors que certains intérêts bancaires auraient tenté de faire pression sur des ministres pour que ce projet revienne sur la table du conseil des ministres.

Face à ce développement, Nabih Berri a indiqué qu’il n’approuvera jamais cette loi, estimant qu’elle n’existe plus et que toucher à l’argent des déposants est hors de question et inconstitutionnelle.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.