Une colonie israélienne située à proximité de la ligne bleu, ligne de démarcation entre le Liban et Israël. Crédit Photo: Libnanews.com
Une colonie israélienne située à proximité de la ligne bleu, ligne de démarcation entre le Liban et Israël. Crédit Photo: Libnanews.com

Fait inhabituel, en lieu et place des drones israéliens qui violent quasi-quotidiennement l’espace aérien libanais, ce mercredi 12 juin, un drone en provenance du Liban aurait franchi la ligne bleue, ligne de démarcation entre le Liban et Israël, selon les dires de l’Armée Israélienne.

Selon le porte-parole de Tsahal, Avichay Adraee, qui s’exprimait en arabe sur Twitter, un drone aurait ainsi brièvement pénétré dans l’espace aérien israélien et aurait réussi à revenir au Liban.

Pour sa part, les autorités libanaises et notamment l’Armée Libanaise ont entamé une enquête pour déterminer la provenance de cet engin.
La FINUL, de son côté, a indiqué n’avoir aucune information faisant état d’un tel incident.

Plus de précisions

Dans son dernier rapport, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, s’exprimant devant le conseil de sécurité de l’ONU, a indiqué qu' »Israël a continué de violer l’espace aérien libanais presque quotidiennement, au mépris des dispositions de la résolution 1701 (2006) et de la souveraineté du Liban. Entre le 5 juillet et le 24 octobre, la FINUL a enregistré 550 violations de l’espace aérien, qui ont représenté une durée totale de 2 057 heures de survol. Dans 481 cas (87 %), ce sont des drones qui ont été utilisés ; le reste du temps, il s’agissait d’avions de combat ou d’appareils non identifiés. La FINUL a protesté contre toutes ces violations auprès des Forces de défense israéliennes et demandé instamment qu’il y soit mis fin immédiatement. »

Les accusations israéliennes interviennent alors que des missiles israéliens auraient touchés, très tôt ce matin, des positions tenues par le Hezbollah au Golan Syrien, a indiqué l’agence de presse officielle SANA, infligeant seulement des dégâts matériels selon les informations disponibles. Parmi les cibles des batteries de défense anti-aérienne et des radars situés dans la localité de Tall al-Hara. Plusieurs des missiles israéliens auraient été cependant abattus.

Pour rappel, les survols de drones israéliens violent, outre l’espace aérien libanais, la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU, adoptée en 2006 et qui a permis de mettre fin au conflit israélo-libanais.

Le Liban et Israël restent techniquement en guerre depuis 1948. L’état hébreu a tenté d’envahir le Liban à 2 reprises, une première fois en 1978, puis en 1982, alors que le Sud Liban s’était transformée en base arrière de l’OLP. Depuis l’effondrement de l’ALS qui a suivi le retrait de l’Armée Israélienne en 2000, l’état hébreu indique procéder à des survols quasi-quotidiens du Sud Liban en raison de la présence du Hezbollah. Cependant, ses avions bombardent également assez fréquemment les troupes iraniennes, syriennes ou celles du Hezbollah stationnées en Syrie depuis les territoires libanais.

Les 2 pays ont convenu de prochaines négociations dans les semaines à venir quant à la démarcation des frontières maritimes et terrestres entre les 2 pays. Ces négociations devraient ainsi se tenir au siège de la FINUL, à Naqoura au Sud Liban avec la médiation des Etats-Unis. Elles devraient également permettre l’exploitation des ressources maritimes des zones exclusives des 2 pays et notamment des ressources gazières et pétrolières présentes.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.