3 minutes à lire

Le porte-parole de la FINUL stationnée au sud, Andrea Tenenti, a indiqué que l’institution appelle les parties belligérantes au calme. Il a également précisé les circonstances de l’incident frontalier qui a eu lieu hier au niveau des localités de Mays al- Jabal, de Houla, de Kfarkila et de Kfarchouba au Sud du Liban.

Selon Andrea Tenenti, « vers onze heures du soir le mardi 25 août, la FINUL a observé le tir d’un certain nombre de fusées éclairantes à partir de plusieurs sites de l’armée israélienne situés le long de la Ligne bleue en face d’Aitaroun et d’Aita au-dessus des localités libanaise de Mays al- Jabal, de Houla, Kfarkila et des collines de Kfarchoufa. »

Ces tirs étaient accompagnés par tirs de fumigènes et le survol de drones.

La FINUL a immédiatement établi un canal de communication et a renforcé le nombre de militaires déployés le long de la ligne bleue, alors que les autorités israéliennes les ont informé du fait que leurs hommes auraient été les cibles de tirs d’armes légères au niveau de la localité israélienne de Manara.

Le commandant de la FINUL, le général Stefano Del Col, a également appelé les différents protagonistes à faire preuve de retenue et à éviter toute montée de la tension. Ce dernier a également ouvert une enquête pour établir les circonstances de ce nouvel incident frontalier.

Des centres d’observation de l’ONG Green Without Borders et une grange détruits

Par ailleurs, l’armée libanaise a également publié un communiqué concernant les mêmes incidents qui ont eu lieu hier soir. Institutions militaires libanaise ainsi préciser que des hélicoptères de Tauk ont ciblé les centres d’observation de l’association Green Without Borders, situés à proximité de la localité de Ramya, à l’intérieur du territoire libanais.

Pour rappel, Tel-Aviv accuse cette association de couvrir les activités du Hezbollah au Sud Liban, ce dont elle se défend, indiquant contribuer à la reforestation de cette partie du territoire libanais.

Par ailleurs, la localité d’Aita el Chaab a été touchée par 8 roquettes, tout comme la localité de Tel al-Raheb où 2 roquettes ont explosé.

D’autre part, les fusées éclairantes lancées par les troupes israéliennes ont provoqué des incendies en périphérie des localités Mays al-Jabal, Houla, Maroun al-Ras et Aitaroun.

Un de ces incendies s’est propagée à l’intérieur d’une grange provoquant la mort d’un certain nombre non spécifié de chèvres.

Un incident à quelques jours du renouvellement du mandat de la FINUL

Cet incident frontalier se déroule à quelques jours du vote portant sur le renouvellement du mandat de la Finul par le conseil de sécurité de l’ONU.

Tel-Aviv, soutenu par Washington, souhaite voir le mandat de la FINUL être modifié, permettant notamment la perquisition de propriétés privées, côté libanais, sans en avertir préalablement les autorités locales, accusant le Hezbollah de se dissimuler dans des zones d’habitations. Les États-Unis iront même jusqu’à menacer d’interrompre le financement de la force multinationales, précisent certaines sources.

Ces modifications sont refusées par le Liban, soutenu par la France et par un certain nombre de pays dont les militaires contribuent au contingent de la FINUL. Le Pays des Cèdres estime qu’il y aurait alors infraction quant à sa souveraineté nationale et dénonce également les violations quasi-quotidiennes de son espace aérien par les drones et les avions israéliens.

Ces survols violent la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU, souligne Beyrouth, alors que pour la seule journée d’hier, l’Armée Libanaise a indiqué que l’espace aérien libanais a été violé à 19 reprises.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.