3 minutes à lire

Le bureau de l’Unesco à Beyrouth a annoncé la venue ce mercredi de la directrice générale de l’agence, Audrey Azoulay, pour une visite de deux jours.

Audrey Azoulay devrait ainsi se rendre sur les lieux dévastés par l’explosion du 4 août 2020, pour y rencontrer les victimes, mais également voir le patrimoine qui a été largement endommagé par le souffle de l’explosion.

il s’agit d’évaluer la situation et d’aider à reconstruire la capitale libanaise, précise le communiqué de l’Unesco.

Le peuple libanais peut compter sur l’appui de l’UNESCO en mobilisant tous les acteurs et en aidant à préserver la richesse inhérente de la vie et du patrimoine culturels à Beyrouth.

Je veillerai à ce que l’éducation et la culture occupent une place centrale au milieu des efforts de reconstruction, et que les groupes les plus vulnérables se voient accorder une attention particulière.

L’éducation, le patrimoine et la culture doivent être à la base des efforts de reconstruction.

Pour l’heure, le communiqué précise que 160 écoles publiques et privées de la région de Beyrouth et des alentours ont été endommagées par l’explosion. Ces établissements scolarisent 85 000 élèves. La réhabilitation de ses infrastructures est une condition nécessaire pour garantir l’accès à l’enseignement primaire.

Quant à l’enseignement secondaire, l’Unesco a été mandaté pour coordonner l’action qui sera entreprise sur le terrain via le financement de pays et d’organisations donateurs. Il s’agira de permettre la continuité de l’éducation.

Sur le plan patrimonial, le communiqué rappelle que 8000 bâtiments à Beyrouth ont été touchés par l’explosion et notamment plus particulièrement les quartiers de Gemmayzeh et de Mar Mikhael. Au total, 640 bâtiments de type traditionnel ont été endommagés et 60 bâtiments menacent toujours de s’effondrer.

L’UNESCO dirigera la mobilisation internationale visant à revitaliser et à reconstruire les monuments culturels et patrimoniaux de Beyrouth, sur la base d’une évaluation des besoins techniques du Liban et du Plan d’action international pour la culture à Beyrouth, avec tous ses partenaires au Liban et à l’étranger.

À l’issue de sa visite, Audrey Azoulay tiendra une conférence de presse ce jeudi à 17h, depuis le palais Sursock qui a également été endommagé par le souffle de l’explosion.

Pour rappel

Le ministère de la santé indique que plus de 181 personnes sont décédées, plusieurs dizaines de personnes toujours portées disparues et plus de 7 000 personnes ont été blessées dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise. 300 000 personnes seraient également sans logement des suites de cette explosion.

La piste d’une explosion accidentelle de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium à l’intérieur d’un entrepôt du port de Beyrouth, saisies en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.
Elle aurait ainsi causé un cratère de 110 mètres de long sur 43 mètres de profondeur, indique, le dimanche 9 août, une source sécuritaire citant les propos d’experts français présents sur place.

Les dégâts seraient estimés entre 10 milliards à 15 milliards de dollars.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français