Le Premier Ministre Saad Hariri. Crédit Photo Dalati & Nohra

Le gouvernement Hassan Diab a été décrit comme un corps attendant à ce que quelqu’un le remplace par l’ancien premier ministre Saad Hariri, dont les propos ont été publiés dans les colonnes du quotidien Al Joumhouria.

Saad Hariri a accusé le Courant Patriotique Libre et son dirigeant d’être à l’origine du blocage des réformes présentées lors de la conférence CEDRE d’avril 2018 ainsi que des mesures pourtant acceptées par l Président de la République, le Général Michel Aoun.

Par ailleurs, l’ancien locataire du Grand Sérail a abordé la question des relations avec le Hezbollah, avec qui il serait en contact et qui serait conscient de la sévérité et des risques de la crise actuelle.

Saad Hariri a également rejeté la possibilité d’une guerre régionale à l’heure actuelle, estimant que plus les gens parlent de guerre, cela signifie qu’il n’y aura pas de guerre. Il s’attend cependant à un règlement régional après les élections présidentielles américaines.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.