Moins d'une minute de lecture

Le Syndicat des Hôpitaux privés a, une nouvelle fois, mis en garde contre la crise financière qui touche les établissements hospitaliers. Ainsi, selon le président de ce syndicat, la dette publique de l’état vis-à-vis de ses institutions augmenterait de 3 milliards de livres libanaises soit 2 millions de dollars, quotidiennement.

À ces 2 millions de dollars de dette supplémentaire, s’ajoutent les dettes encourues parfois depuis 2011, du Ministère de la Santé, de la Sécurité Sociale et de diverses institutions publiques, pour la somme de 1.3 milliards de dollars, parfois impayées depuis 2011.


Les hôpitaux s’étouffent et il n’y a pas de solution dans les circonstances actuelles, déplore Sleiman Haroun qui estime que seule la formation rapide d’un gouvernement pourrait être capable de mettre en place un calendrier de rééchelonnement de la dette publique vis-à-vis des hôpitaux.

Ces propos interviennent alors que de nombreuses sources hospitalières disent craindre une situation chaotique au niveau du système sanitaire, certains médicaments et équipements médicaux manquant déjà sur le marché libanais en raison de la crise du dollar. Il s’agit déjà du cas des stents ou des poches de sang.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.