L’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH) a annoncé mardi qu’elle allait allouer 10 millions de dollars supplémentaires pour soutenir 20 projets de sauvegarde du patrimoine culturel dans 12 pays en proie aux conflits, notamment au Moyen-Orient et en Afrique.

Le patrimoine culturel a été la cible ces dernières années de conflits armés ; sa réhabilitation est aujourd’hui un élément essentiel de la reconstruction sociale et culturelle des pays concernés. 

ALIPH est le seul fonds mondial dédié à la protection du patrimoine culturel dans les zones en conflit. A cette fin, la fondation finance des mesures préventives, des interventions d’urgence et des projets concrets de réhabilitation post-conflit dans le monde entier. 

Créée en réponse à la destruction massive du patrimoine culturel au Moyen-Orient et dans la région du Sahel, ALIPH a ouvert ses bureaux à Genève en septembre 2018. Ces 20 nouveaux projets porteront à 43 le nombre total d’initiatives soutenues par cette jeune organisation, pour une enveloppe financière de plus de 17 millions de dollars à ce jour. 

« Par ces interventions, nous affirmons notre engagement à contribuer à préserver l’histoire collective de l’humanité et à aider ceux qui vivent dans des pays touchés par des conflits à construire un sens renouvelé d’espoir, de communauté et de dignité », a déclaré Thomas S. Kaplan, Président du Conseil de Fondation d’ALIPH.  

Cette nouvelle annonce de financements renforce l’engagement d’ALIPH dans trois domaines d’intervention : la protection des monuments et des sites, la sauvegarde des musées et de leurs collections et la documentation et l’interconnexion du patrimoine. 

L’Alliance financera également, pour la première fois, un projet sur le patrimoine immatériel en Afghanistan, en vue de sauvegarder la fabrication de carreaux décoratifs, de tapis et d’un instrument de musique. “Le soutien d’ALIPH permettra à notre équipe de protéger, sauvegarder et documenter notre patrimoine inestimable qui a été gravement affaibli par des décennies de conflit en Afghanistan “, a indiqué Hamid Hemat, spécialiste du patrimoine culturel et gestionnaire de projet au sein de l’ONG Turquoise Mountain. 

Avec ce nouveau cycle de financements, la présence d’ALIPH va passer de 7 à 12 pays : Afghanistan, Erythrée, Géorgie, Irak, Liban, Libye, Palestine, Pérou, Somalie, Soudan, Yémen, ainsi qu’un projet au Danemark pour numériser des documents sur le patrimoine de Palmyre (Syrie). L’ampleur et la portée de cette action est aujourd’hui possible grâce au soutien déterminé de ses États membres et de ses donateurs privés.

Les projets en cours d’ALIPH ont déjà franchi plusieurs étapes importantes, en particulier l’initiative de long terme « Mosaïque de Mossoul », qui vise à réhabiliter des sites représentatifs de la diversité culturelle et religieuse de la vieille ville (Irak). Par exemple, le musée de Mossoul a été stabilisé, une partie de ses collections sécurisée et son plan d’action de réhabilitation finalisé. La prochaine étape vient d’être approuvée par ALIPH : elle portera sur la restauration des collections, la formation des équipes et la préparation de la reconstruction du bâtiment. 

Deux mesures d’urgence ont également été menées à bien en Afrique : au Mali, le personnel de la Bibliothèque Al-Aqib de Tombouctou a été formé à la restauration des 3 000 manuscrits ; à Abidjan, la protection des collections du Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire a été renforcée.  « Cet excellent projet est une première en Afrique de l’Ouest. En effet, grâce au grand soutien d’ALIPH, les collections de ce musée sont dorénavant bien protégées », a estimé Silvie Memel-Kassi, Directrice du Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire.

Télécharger la fiche d’information sur les projets

A propos d’ALIPH

L’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH) apporte un soutien concret à la protection et à la reconstruction du patrimoine culturel dans les zones en conflit et post-conflit. Elle a été créée en mars 2017 en réponse à la destruction massive, ces dernières années, du patrimoine culturel, notamment au Moyen Orient et au Sahel. Fondation de droit suisse basée à Genève, ALIPH bénéficie également du statut d’organisation internationale. 

ALIPH soutient financièrement des associations, des fondations, des institutions universitaires, culturelles et patrimoniales et des organisations internationales qui œuvrent en faveur de la préservation du patrimoine culturel menacé par un conflit imminent ou qui interviennent pour sa réhabilitation. Ses trois domaines d’intervention sont : la protection préventive pour limiter les risques de destruction, les mesures d’urgence pour assurer la sécurité du patrimoine, et les actions postconflits pour permettre aux populations locales de retrouver leur patrimoine culturel.

ALIPH sélectionne ses projets à travers des appels à propositions réguliers – le prochain sera ouvert du 15 janvier au 16 mars – et peut être saisie tout au long de l’année pour apporter son soutien à des mesures d’urgence. De plus amples informations sont disponibles sur son site : www.aliph-foundation.org   

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.