Le Liban célèbre son 74ème anniversaire d’indépendance avec notamment une parade militaire organisée au Centre-Ville de Beyrouth et présidée par le Président de la République Michel Aoun.

En la présence  remarquée du Premier Ministre Saad Hariri arrivé hier soir, du Président de la Chambre Nabih Berry, du Ministre de la Défense Yaacoub Sarraf  et du Commandant de l’Armée Libanaise Joseph Aoun, plusieurs unités militaires libanaises mais également des Nations-Unis qui ont été invitées à cette occasion ont défilé.

A l’honneur, notamment, les unités de l’Armée Libanaise qui ont combattu cette année contre le groupe terroriste de Daesh lors de l’offensive « Aube du Jurd » en été.

Il s’agit de la première réunion publique entre le Président de la République Michel Aoun, le Premier Ministre Saad Hariri et le Président de la Chambre Nabih Berry, depuis le 4 novembre 2017, date de la démission du chef du conseil depuis l’Arabie Saoudite.

Dans son allocution à l’occasion de la Fête Nationale, le Président de la République a mis en garde la population contre les risques de conflit, s’interrogeant sur les soutiens qui ont permis à des groupes terroristes islamiques d’envahir le Liban – allusion au soutien de certains pays arabes aux organisations terroristes de Daesh et d’Al Nosra qui ont occupé la localité d’Aarsal en 2014 – et sur un possible conflit avec l’état hébreu.

Ces déclarations interviennent alors que les autorités libanaises accusaient l’Arabie Saoudite d’avoir poussé le Premier Ministre Saad Hariri à la démission, le 4 novembre dernier. Les autorités saoudiennes souhaiteraient ainsi répliquer au tir d’un missile des rebelles yéménites sur la capitale saoudiennes, tirs dont ils accusent l’Iran et le Hezbollah libanais d’être à l’origine.
Suite à cette démission, Saad Hariri était resté en Arabie Saoudite, beaucoup d’observateurs estimant qu’il était même mis en résidence surveillée sur décision du Prince Héritier Mohammed Ben Salmane pour ensuite se rendre ce lundi en France à l’invitation du Président de la République Française Emmanuel Macron puis au Caire Hier.

Il est attendu que le Président Aoun, son Premier Ministre Saad Hariri et le Président de la Chambre Nabih Berry discutent aujourd’hui de la situation et puissent décider soit de la rétractation de la démission du Conseil, soit de son maintien.