Le Ministère des Finances. Crédit Photo: Libnanews.com

Le déficit public se serait contracté en dépit d’une rétraction également à la fois des dépenses et des revenus publics ces 8 premiers mois de l’année, indique le ministère des finances.

Les dépenses publiques se seraient ainsi contractées de 20.2% principalement.Cette contraction est induite par une chute du service de la dette publique depuis la situation de défaut de paiement en mars. Les dépenses publiques seraient ainsi passées de 16 062 à 13 083 milliards de livres libanaises. Les seuls intérêts comptaient pour 4 917 milliards de livres libanaises pour la période correspondante de 2019 contre 1 973 milliards aujourd’hui.

Les revenus publics ont également reculé, passant de 11 613 milliards de dollars durant les 8 premiers mois de 2019 à 9 262 milliards de dollars au cours du même exercice de 2020. Ils sont lourdement impactés par la crise économique mais également les conséquences des mesures de confinement induites par le coronavirus. Seuls les revenus liés à l’immobilier ont augmenté en raison du mouvement de certains déposants qui ont investi dans ce secteur afin de tenter de se prémunir contre une possible série de faillites au sein du secteur financier.

Au total, le déficit public atteindrait ainsi 3 821 milliards de livres libanaises pour les 8 premiers mois contre 4 449 milliards en 2019. Même si ce déficit semble se réduire, sa proportion passe de 27.7% à 29.2% par rapport au PIB qui s’est largement dégradé cette année.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.