Coucher-Jounieh-Aout-2015

Des années se sont écoulées, mon encre coulait de concert avec le sablier, égrenant le triste chapelet des misères que la classe politique infligeait jour après jour au peuple libanais entièrement abattu, abêti et anesthésié. Un peuple divisé en qui on ne pouvait plus avoir confiance. Un peuple macérant dans un marécage de corruptions, magouilles, injustices, détournements de vestes et de fonds, malversations… sans réagir.

Quarante ans de guerre civile rythmées de quinze ans de conflits utérins, suivis de quinze ans d’hégémonie, puis de dix ans de chaos et d’inertie. Le seul endroit où un éveil du peuple pouvait être possible, était l’espace d’un article, entre les lignes et les cascades de mots. Le pays était en voie d’expiration.

Puis vint ce jour où, il fallut que le sens de l’odorat du Libanais eut été suscité par des tonnes d’ordures envahissant les rues. Et il y eut cet éveil tant souhaité, tant attendu, tant chéri, à corps et à cœur et jusqu’à la moelle, en dépit de toutes les mauvaises volontés et les messes basses ayant pour seule intention de saboter un réveil citoyen.

Comme si tout d’un coup, l’âme de Wadih el Safi et de Sabah clamant un beau Liban qui parait-il n’a existé que dans leurs chansons, a de nouveau frôlé par des notes inaudibles la conscience de plusieurs Libanais, les a incités à crier leur ras-le-bol et à descendre dans les rues brandissant le seul et l’unique étendard avec le cèdre dans le cœur afin de réclamer ou récupérer une nation.

Comme si tout d’un coup, les martyrs militaires de tout le pays, et récemment ceux de Ersal, de Behnin, et ceux tués entre les mains de Daëch, ont secoué la terre sous nos pieds et nous ont poussé à sortir crier aux faciès des politiciens responsables directement ou indirectement de leurs décès, leur demander des comptes pour les criminels libres en toute impunité.

Il ne faut cependant pas jubiler. Rien n’est fait, certes. Ce n’est que le premier pas sur le long chemin de la reconstruction d’un état – si toutefois cette reconstruction aurait lieu un jour. Ce ne sont ni les cerveaux ni le potentiel qui manquent pour un tel projet, il faut juste de l’organisation et une vision nationale dans les respects de la singularité et de l’unicité de l’expérience et des composantes libanaises.

Mais d’ici là, avant qu’il n’y ait quelconque trouble-fête venu saligoter cet exploit,  il y a de quoi se réjouir et d’en tirer un peu de fierté perdue : l’éveil inespéré d’un peuple qui s’est montré récemment dénué de tout suivisme, criant son exaspération, et prêt à construire une nation où il lutterait pour une égalité des droits et pour une vie digne pour chaque citoyen.

En attendant, n’éteignons pas cette petite brèche qu’on a réussi à rallumer, entretenons cette lueur d’espoir et rejetons toute proposition et toute tentative d’intrusion de la part des seigneurs de guerre et des monstres financiers qui nous ont suffisamment bernés … et yalla, en avant pour le changement !

 

Article précédentBeyrouth Ouest et Beyrouth Est à nouveau réunis contre la classe politique
Article suivantLes fruits du silence
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/