Le premier ministre Najib Mikati a présenté son programme consistant en 9 points au conseil économique et social.

Il s’agirait ainsi d’euvrer parallèlement pour la sécurité, sur les problématiques macroéconomiques et financières, les problématiques sociales, les infrastructures, les élections législatives de mars 2022, les politiques locales et internationales, la lutte contre la corruption et la réforme de la justice.

Selon le premier ministre, des avancées majeures dans la relance des négociations avec le Fonds Monétaire International ont déjà été mises en oeuvre concernant notamment l’unification des estimations des pertes du secteur financier. Parallèlement, la Banque Mondiale a déjà fourni au Liban 1 milliard 700 millions de dollars au Pays des Cèdres, une somme qui n’a pas encore été dépensée.

Cependant, les fonds nécessaires pour l’instauration du programme d’aide aux populations les plus vulnérables face à la crise économique n’ont pas encore été accordées. Pour sa part, l’état libanais ne peut assumer le coût de ce programme en raison des déficits actuels.

Parallèlement, il faudra restaurer la confiance dans le système bancaire et limiter au maximum les pertes pour les déposants, estime Najib Mikati. Pour cela, des discussions ont eu lieu avec la Banque d’affaire Lazard et une coopération totale avec la Banque du Liban est nécessaire. Le projet sera présenté ce mois de novembre.

Concernant les multiples taux de change qui existent actuellement, le premier ministre estime que celui de la plateforme électronique de la Banque du Liban pourra voir son utilisation être généralisée.

Sur le dossier des infrastructures et plus particulièrement du secteur de l’électricité publique, sujet à de nombreuses pénuries, Najib Mikati indique qu’une solution est déjà sur la table. Celle-ci vise à permettre la production de 2000 mégawatts supplémentaires, de quoi assurer l’approvisionnement 24 heures sur 24 de la population libanaise. Le financement de ce projet serait déjà assuré par la Banque Mondiale, qui serait également impliquée dans les transports publics. L’institution internationale a en effet débloqué 290 millions de dollars pour mettre en place un plan de transport aux libanais touchés par la hausse des prix des carburants.

Parallèlement la reconstruction du Port de Beyrouth ravagé par l’explosion du 4 août 2020 reste prioritaire. Un projet d’adjudication de la gestion des containers sera ainsi lancé la semaine prochaine.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.