Le St Père rencontre du 24 au 26 Mai ses fils en Terre Sainte ainsi que les souffrances des autres communautés. Ce premier pèlerinage à Jérusalem du Pape François de Rome et du Patriarche maronite Bechara El Rai de Bkerke traduit la priorité urgente du spirituel entre les hommes. Elle situerait bien au delà des étapes annoncées par la presse internationale, les objectifs d’une humilité; bienveillante et non cloisonnée. La dynamique du Coeur ouvert va accueillir les intelligences multiples des trois composantes du monothéisme. La résistance par le rattachement viscéral à la terre des prophètes et des ancêtres démarque aujourd’hui l’usure des valeurs humaines par les tensions quotidiennes, les terribles injustices issues de l’arrogance et les guerres. On ne pourrait lire la véritable impulsion du Père de l’Eglise catholique  à travers la priorité donnée aux implications géopolitiques et économiques de sa venue. La Jérusalem céleste veut ici sauver la Jérusalem qui pleure à travers le déséquilibre flagrant entre ses habitants! Le Pape François va fouler en ce XXI siècle le sol et embrasser le berceau de ses trois religions. Il se recueillera en des lieux clefs, hautement significatifs. Il va partager les vécus de profondes douleurs, prier et échanger avec les représentants religieux qui préservent avec force les héritages historiques.

Cependant, l’Amour de Dieu pour les hommes recommande surtout le dépouillement pour la paix intérieure et l’acte conciliant vers tout prochain. Les réactions et les questionnements propres au commentaires journalistiques ne concernent que rarement le fondamental engagement du Pape François pour la paix universelle. On continue à user des interprétations diverses à travers les médias pour discuter surtout des opportunités et des susceptibilités inhérentes à sa visite. La polémique d’ordre politique pèse énormément depuis que les influences stratégiques font et défont les appartenances des musulmans et des chrétiens. Ainsi, depuis la création d’Adam jusqu’à nos jours, les intérêts particuliers prédominent sur la considération et la reconnaissance du don de Vie selon Dieu. Discuter pour parler de soi, des projets et de l’avenir sont le fort des hommes suspendus aux aspirations diverses. Les religions monothéistes souffrent de ne vivre que sous le joug des préservations et des  aspirations historiques, des dures inégalités et de l’injustice. Cependant rien ne peut ligoter le lien intime de la croyance en Dieu.

Tous les prophètes, de Moise à Mohammed ont recu Sa volonté sur terre. La chrétienté a ouvert sa voie vers la communion des coeurs au nom du Christ et personne à part Lui ne pourrait si bien autoriser et éclairer le chemin des chrétiens. Elle prône plus que jamais, la protection par la foi pour la paix entre les partenaires et les ennemis. Cela ne peut aboutir que par l’écoute de la parole du Tout-puissant et par la confiance intime qu’il ne nous abandonne jamais. L’avenir de nombreux chrétiens de Jérusalem, du Moyen Orient et du Liban est sans aucun doute gravement mLenacé par les conjonctures locales et internationales ainsi que par la dépendance à des représentants imparfaits. Est-il venu le temps de rester avec la foi dans la main et rien qu’avec l’olivier dans l’autre pour instaurer la paix et la sécurité ?!

Joe Acoury.