Le site MonthlyMagazine, citant certaines sources, estime que le chômage pourrait toucher jusqu’à 1 million de personnes au Liban.

Le rapport, qui se base sur des chiffres publiées par International Information, indique cependant que le dernier chiffre officiel publié par le Département central des statistiques sur base d’un échantillon en date d’avril 2018 et de mars 2019 estimait que le chômage touchait 11.6% de la population active. Les rapports publiés par des organismes étrangers avant les manifestations d’octobre 2019 estimaient ce nombre à 25% de la population active soit, à 350 000 personnes.

La paralysie qui a suivi les manifestations et les mesures prises suite à l’épidémie du coronavirus COVID19 auraient pu porter ces chiffres à 32% soit 420 000 personnes, note le site. Cependant, en raison de la détérioration des conditions sociales et économiques, certaines études estiment que ce taux pourrait atteindre jusqu’à 65% de la population, soit un million de personnes.

Parmi les facteurs qui amène à ce chiffre, indique MonthlyMagazine,

  • la perte de 10 000 à 15 000 des emplois (soit 25% de la masse salariale au sein de ce segment) au sein des écoles privées en raison des difficultés des parents à payer les scolarités, la fermeture des écoles, restaurants, hôtels et institutions touristiques qui pourrait amener 50 000 personnes au chômage en dépit d’avoir accepté une baisse de 25% à 75% de leurs salaires,
  • la fermeture des petits commerces (20 000 à 25 000 personnes) affectés par la détérioration de la valeur de la livre libanaise,
  • la détérioration des conditions économiques à l’étranger et l’impossibilité de pouvoir s’y rendre (50 000 à 60 000 personnes dont 30 000 nouveaux diplômés),
  • le retour de 200 000 libanais de la Diaspora en raison des difficultés économiques liées au coronavirus
  • et la récession économique qui pourrait causer la perte de 100 000 à 150 000 emplois.

La restructuration du secteur bancaire avec fusion et liquidation de certains établissements pourrait amener à perdre une partie des 26 000 emplois de ce secteur.

Aussi, le site rappelle que 95% de la population active est payée en livre libanaise. La détérioration de la parité entre livre libanaise et dollar réduit donc leur pouvoir d’achat, ce qui aggrave les conditions sociales et économiques de ces foyers.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.