Emmanuel Macron a officiellement invité le Premier Ministre Saad Hariri à se rendre avec sa famille en France. Ce dernier devrait arriver ces prochains jours à Paris, indique une source proche de l’Elysée.

Le Président français a également évoqué la crise actuelle entre le Liban et l’Arabie Saoudite avec le Prince héritier Mohammed Ben Salmane. Les deux hommes auraient convenu de cette procédure. Soumis à un véritable pressing diplomatique, il semblerait désormais que l’Arabie Saoudite souhaite désormais une porte de sortie de crise.

Le 9 novembre 2017, le président français avait déjà rencontré le prince héritier. Cependant, il avait échoué à rencontrer Saad Hariri, les autorités saoudiennes n’acceptant pas la présence de matériel de brouillage sur le lieu du rendez-vous.

Interviewé par Paula Yacoubian le 12 novembre dernier, le Premier Ministre avait pourtant indiqué qu’il disposait de toute sa liberté. Les autorités et la population libanaise restaient cependant sceptiques face à ces propos, estimant qu’il pourrait cependant faire l’objet d’un chantage notamment avec la présence de sa famille sur le sol saoudien.

Cette nouvelle intervient alors que le Liban accuse l’Arabie Saoudite de détenir son Premier Ministre Saad Hariri depuis l’arrivé de ce dernier le 4 novembre à Riyad ainsi que sa famille. Des informations faisant état de son arrestation à la porte même de son avion, circulent au Liban. Ce jour précis, sa démission aurait été extorqué par le Prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane qui accuse le Liban de souhaiter un conflit avec le Royaume, suite au tir, toujours le 4 novembre, d’un missile par les rebelles chiites yéménites sur la capitale Riyad.

Le Ministre saoudien en charge des affaires avec le Golfe,Thamer al-Sabhan, avait indiqué que le Royaume se considère désormais en guerre contre le Liban. L’Arabie Saoudite considère en effet que le missile, fabriqué en Iran, qui tentait de toucher l’aéroport international de Riyad, a été acheminé en pièces détachées au Yémen. Il aurait été tiré, toujours selon les autorités saoudiennes, par des membres des gardes révolutionnaires et de l’aile militaire du parti chiite libanais Hezbollah.

Le Ministre des Affaires Etrangères Libanais, Gébran Bassil avait rencontré hier le Président Français et son homologue Jean Yves le Drian pour demander aux autorités françaises d’oeuvrer en vue de la libération de Saad Hariri et de sa famille. Cette initiative avait agacé les autorités saoudiennes.