Aucune nouvelle avancée n’aurait été conclu entre le président de la république, le général Michel Aoun, et le premier ministre désigné Najib Mikati, alors que l’atmosphère entre les 2 hommes s’est encore dégradée après la publication d’un communiqué des anciens premiers ministres dont Najib Mikati, accusant le chef de l’état de ne pas avoir effectué le nécessaire dans l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth, en réponse à la demande d’assignation judiciaire du juge Tarek Bitar.

La rencontre d’une durée de 40 minutes entre les 2 hommes aurait été marquée par de nombreuses impasses sur les noms des prochains ministres de l’intérieur, de la justice, des affaires étrangères et des affaires sociales, le premier ministre Najib Mikati rejetant les noms proposés par le général Aoun.

Ainsi concernant le ministère de la justice, Najib Mikati aurait rejeté la candidature du juge Henry Khoury, tout comme celle de l’ancien ambassadeur du Liban aux Etats-Unis Abdallah Bou Habib pour le ministère des affaires étrangères. Il aurait proposé proposé à sa place Boutros Assaker.

Concernant le ministère de l’intérieur, le général Aoun a rejeté les noms proposés par Najib Mikati, les estimant proches pour certains du courant du futur.

Une autre divergence porterait sur l’identité du prochain vice-premier ministre, pour lequel le chef de l’état aurait proposé le nom de l’ancien député Marwan Abou Fadel ou de l’ancien président de l’Association des industriels libanais Jack Sarraf. Ces 2 noms ont été rejetés par Najib Mikati, estimant les 2 personnes comme proches du CPL.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն