Le Ministre de l'Education Nationale, Akram Chehayeb
Le Ministre de l'Education Nationale, Akram Chehayeb

Le ministre par intérim de l’Éducation, Akram Chehayeb, a ordonné lundi la fermeture de toutes les écoles et universités en raison de l’appel à la grève générale qui aura lieu ce mardi, suite au projet de loi amnistiant notamment les crimes liés à la corruption au Liban et alors que les manifestations entreront dans leur 27èmejour. 

« En raison de la poursuite du soulèvement populaire, qui a appelé à une grève générale demain, et pour préserver la sécurité des étudiants et respecter leur droit à l’expression démocratique, les cours seront suspendus demain mardi, dans toutes les écoles publiques et privées, les lycées, les instituts de formation professionnelle et les universités »

Cet appel intervient alors qu’un projet de loi d’amnistie était originellement présenté au parlement libanais. Ce projet appelait notamment à l’amnistie des personnes coupables de détournements de fonds publics ou de fraudes financières. Egalement, plusieurs syndicats, dont les employés des banques ou encore des sociétés de télécommunications mobiles ont appelé à la grève générale.

Pour rappel, depuis la nuit du 17 au 18 octobre, le Liban est en proie à de nombreuses manifestations. Les protestataires dénoncent la classe politique actuelle considérée comme corrompue et ayant conduit le Liban au bord de la quasi-faillite financière. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.