3 minutes à lire

Une première réunion de la cellule de crise économique et financière créée sur décision du Gouvernement Libanais s’est déroulée ce mercredi au Ministère des Finances.

Le cabinet avait décidé de la création de ce comité interministériel lors de la réunion du conseil des ministres de vendredi dernier.

Etaient présents, les ministres des finances Ghazi Wazni, de l’Economie Raoul Nehmé, du Développement administratif Demienos Kattar, de l’Industrie Imad Hoballah, de l’information Manal Abdel Samad ainsi que le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, le directeur de la Sûreté Générale Abbas Ibrahim, le Président de l’Association des Banques du Liban Salim Sfeir et du syndicat des agents de change Mahmoud Mourad.

Riad Salamé, Abbas Ibrahim et Mahmoud Mourad, qui est par ailleurs toujours accusé de manipulation du cours de la Livre Libanaise face au dollar, auraient fourni un rapport détaillé quant à l’évolution de la situation et alors que la demande pour le billet vert semble être toujours importante, comme en témoignent les queues formées devant les bureaux de change offrant les devises à la parité décidée par le syndicat des agents de change, soit à 3860 LL/USD à l’achat et à 3910 LL/USD à la vente.

Un comité pour surveiller l’injection par la BDL de devises étrangères sur le marché et la lutte contre la spéculation

La décision prise par les autorités libanaises d’injecter d’importantes quantités de dollars sur les marchés locaux fait aussi l’objet de controverses en raison de ses conséquences sur les réserves monétaires de la Banque du Liban dont la gestion a été fortement critiquée les années précédentes.

Il s’agit également de lutter contre la spéculation touchant la livre libanaise. Vendredi dernier, le Premier Ministre avait estimé que la détérioration de la parité de la livre libanaise face au dollar semble avoir être induite par une spéculation contre la monnaie locale. Ainsi, “comme le disent les rapports, les gens ont vendu plus de 5,5 millions de dollars le premier jour. Le deuxième jour, ils ont vendu plus de 4 millions de dollars, ce qui signifie qu’il y a eu un flux de dollars vers le marché, jusqu’à 10 millions de dollars en seulement deux jours. Le troisième jour, tout a soudainement disparu du marché, et le volume des ventes n’a pas dépassé 100 000 dollars. Bien sûr, cela est étrange et sans conséquence”, estime Hassan Diab. 

Les autorités libanaises souhaiteraient par ailleurs voir la parité de la livre libanaise face au dollar être réduite de manière progressive à 3200 LL/USD. Par ailleurs, l’unification des taux de parités entre parité officielle, celle du marché, celle à destination des entreprises non-financières ou encore celle au marché noir semble constituer un préalable à l’aide économique pour un montant de 10 milliards de dollars que Beyrouth demande au Fonds Monétaire International.

Les enquêtes sur les manipulations de la livre libanaise face au dollar lancées

Une information judiciaire a également été demandée par le Procureur de la République, le Juge Ghassan Oweidat à l’encontre des personnes ayant lancé des rumeurs sur une détérioration brutale du cours de la livre libanaise face au dollar hier.

Sont plus spécifiquement visées, les personnes ayant évoqué une parité de 7000 LL/USD et plus précisément le site elsiyasa.com. 

Cette brusque détérioration a été à l’origine de graves incidents la semaine dernière à Beyrouth ou encore à Tripoli au Nord du Liban avec des casseurs qui s’en sont pris aux forces de sécurité intérieure ou aux unités de l’Armée Libanaise ainsi qu’à des établissements bancaires. Ils entendaient protester contre la perte de leur pouvoir d’achat.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.