Marc Tourelle, maire de Noisy-le-Roi, SE. l'ambassadeur du Liban en France, M Rami Adxan, Marie-Hélène Aubert, maire de Jouy-en-Josas et vice-présidente du conseil départemental des Yvelines, Jacques Alexis, maire de Bailly et Bertrand Coquard conseiller départemental des Yvelines
Marie-Hélène Aubert, vice-présidente du conseil départemental des Yvelines et maire de Jouy-En Josas – Appareil ultrason offert à Jeïta.

Dans le cadre de la coopération du département des Yvelines (78) – Ile de France – avec les communes de Kesrouan, plusieurs projets et plusieurs missions ont été réalisés, d’autres sont en cours.

Marie-Hélène Aubert, Vice-présidente du conseil départemental des Yvelines et maire de Jouy-en Josas était en déplacement au Liban. Voici son témoignage :

« Me voilà de retour d’une semaine de mission au Liban, au titre de la coopération des Yvelines avec la fédération de communes du Kesrouan. J’en ai profité pour visiter la ville avec laquelle Jouy en Josas est en coopération, Jeita, 15 km au nord de Beyrouth.

Je suis revenue de cette mission effondrée par l’état de ce pays si prospère il y a encore 2 ans. Le Covid, puis la crise politique, l’inflation à 700%, puis l’explosion du port ont eu raison de cette prospérité.

Aujourd’hui les Libanais ont perdu 90% de leur pouvoir d’achat (100 000 livres libanaises valaient 66€ en 2020, et ne valent plus aujourd’hui que 3 € !).

L’électricité ne fonctionne qu’une à deux heures par jour, mettant à l’arrêt un grand nombre d’activités et ne permettant même pas aux particuliers de faire fonctionner un frigo. C’est donc le recours généralisé aux groupes électrogènes privés, qui fonctionnent au fuel, très chers et polluants.

Les médicaments et l’essence sont devenus inaccessibles pour la plupart des Libanais.
Les fonctionnaires sont payés en livres libanaises, donc une poignée de cerise, qui ne leur paie même pas l’essence pour aller travailler. Médecins, enseignants, agents des collectivités, … , ne viennent donc travailler qu’une fois par semaine.

De nombreuses écoles sont fermées, les hôpitaux fonctionnent grâce aux fonds privés mais les personnels manquent cruellement.
L’accès à l’eau est devenu compliqué, par manque d’électricité.
L’assainissement est devenu impossible, les stations d’épuration ne fonctionnent plus, toutes les eaux usées sont rejetées à la mer.

A Jeïta, les événements organisés cet hiver à Jouy-en-Josas ont permis de collecter des fonds pour le dispensaire, qui fonctionne avec le bénévolat d’une dizaine de médecins qui reçoivent les plus démunis.

Nous avons offert un appareil à ultrasons pour les échographies qui leur manquait cruellement.
Il leur manque encore tellement de choses. J’étais partie avec une énorme valise pleine de médicaments pour des patients atteints de maladies chroniques graves pour lesquels les traitements étaient introuvables.

Je suis également allée voir le jardin agricole que la municipalité a mis en place pour apporter de la nourriture aux plus fragiles. Ce jardin permettait de distribuer quarante paniers tous les quinze jours de fruits et légumes. Trois agents municipaux entretenaient ce jardin.

Aujourd’hui, par manque de moyens, il reste un seul jardinier. On n’y cultive donc que des pommes de terre et des haricots en grains qui ne seront distribués qu’à la fin de l’été… Quelques poules permettent la production d’œufs qui continuent à être distribués.

C’est terrible. Notre coopération avec nos amis de Jeita prend aujourd’hui tout son sens. C’est dans les épreuves qu’on reconnaît la vraie amitié et nous allons réfléchir avec le comité de jumelage et les élus de Jeïta à la meilleure façon de les soutenir dans cette période difficile ».

Marie-Hélène Aubert, maire de Jouy-en-Josas et vice présidente du conseil départemental des Yvelines avec Habib Akiki, maire d’Aintoura

Pour rappel, et toujours dans le cadre de cette coopération entre le département des Yvelines et les communes de Kessrouan, les deux maires de Noisy le Roi, Marc Tourelle, et Bailly, Jacques Alexis, avaient organisé, le 11 mai 2022 un dîner caritatif, aux anciennes écuries (à Noisy-le-Roi), en soutien à la ville d’Aintoura et son maire Habib Akiki en présence de Marie -Hélène Aubert, Vice-présidente du conseil départemental des Yvelines en charge de la coopération et maire de Jouy-en-Josas, Bertrand Coquard, conseiller départemental des Yvelines et de plusieurs élus dont Dominique Servais et Christophe Molinski ainsi que SE l’ambassadeur du Liban, M. Rami Adwan.

Nombreux Noiséens, Baillacois et franco-libanais étaient présents

Ce dîner a permis d’offrir au dispensaire d’Aintoura un fauteuil pour le cabinet dentaire. D’autres projets avec la commune sont en cours.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.