«À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, nous le réaffirmons une nouvelle fois: la violence doit cesser maintenant.

Des femmes et des jeunes filles souffrent encore tous les jours de violences, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Union européenne. Cette violation des droits humains est très répandue et a de nombreux visages: elle frappe indépendamment du milieu social, que ce soit à la maison, au travail, à l’école, dans la rue, au club de sport ou en ligne. Elle empêche les femmes et les jeunes filles de participer pleinement à la société dans tous ses aspects – politiques, culturels, sociaux et économiques.

Une femme sur trois en Europe a souffert de violences physiques et/ou sexuelles. 80 % des victimes de la traite des êtres humains dans l’UE sont des femmes. Dans les pays en développement, une fille sur trois est mariée avant d’avoir atteint l’âge de 18 ans.

Pourtant, les choses ont commencé à changer. Au cours des trente dernières années, les mutilations génitales féminines ont décru de 50 % en Afrique. En Asie du Sud, le pourcentage des filles mariées de moins de 15 ans a baissé de moitié. Et le récent mouvement mondial #metoo, qui a contribué à attirer l’attention sur l’ampleur du phénomène des agressions sexuelles et du harcèlement sexuel au sein de nos sociétés, a encouragé les victimes à faire entendre leur voix ainsi qu’à revendiquer et à défendre leurs droits.

Pour éliminer ces violences à caractère sexiste une fois pour toutes, nous devons améliorer l’éducation et la législation et modifier les normes sociales. Nous avons consacré l’année 2017 à l’action européenne pour l’élimination de toutes les formes de violence exercées contre les femmes et les jeunes filles, tant dans la sphère publique que privée. Des praticiens du droit, des médecins, des enseignants et des policiers, notamment, sont formés pour soutenir les victimes et prévenir les violences à caractère sexuel, grâce au concours financier fourni par l’UE à diverses ONG.

Agissant au-delà de nos frontières, nous avons lancé avec les Nations unies l’initiative Spotlight, qui bénéficie d’un investissement de départ inégalé de 500 millions d’euros. Cette initiative s’attaque à l’échelle mondiale aux causes profondes des violences faites aux femmes et aux jeunes filles, vient en aide aux victimes et leur offre les moyens de contribuer à des sociétés plus sûres, plus résilientes, plus riches et plus libres.

L’élimination des violences à l’égard des femmes et des jeunes filles est une première étape vers la paix et la sécurité dans le monde et est au cœur du programme de développement durable à l’horizon 2030. Elle est un préalable à la promotion, à la protection et au respect des droits humains, à l’égalité hommes-femmes, à la démocratie et à la croissance économique.

L’Union européenne continuera d’œuvrer sans relâche, avec toute la panoplie d’instruments dont elle dispose, à l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des jeunes filles et à faire en sorte que celle-ci appartienne au passé.»

COMMENTER

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici