Après avoir vu ses positions en Syrie être bombardées à plusieurs reprises, l’Iran a tenté hier de riposter face aux attaques israéliennes, en lançant une vingtaine de missiles vers le Golan.

Ces incidents, les plus graves depuis 1974, interviennent alors que l’état hébreu a bombardé à plusieurs reprises les forces iraniennes présentes en Syrie et notamment la base T4, le 10 février 2018. Ces attaques ont fait plusieurs dizaines de morts, côté iranien. Téhéran s’était juré de procéder aux représailles en temps et en heure. Ces dernières 48h, les forces israéliennes était déjà mises en alerte suite à de renseignements selon lesquels une attaque allait se produire. Ainsi, dès ce 8 mai, un convoi iranien avait été pris pour cible dans la banlieue de Damas.

L’attaque a débuté vers 1h30 du matin sur des postes avancés de l’armée israélienne dans le Golan annexé par l’état hébreu. Cette annexion n’est reconnue pas par la communauté internationale. Selon Tsahal, la plupart des fusées tirées ont été soit interceptées pour 4 d’entre elles, soit tombées en territoire syrien.

Selon la chaine de télévision Al Mayadeen, parmi les cibles visées par les missiles des forces al Qods, plusieurs bases de renseignement électronique, une base de communication et de surveillance et le quartier général des forces israéliennes dans la région situées à la position 810.

Rapidement, les unités israéliennes ont riposté, bombardant notamment des positions du Hezbollah libanais situées à Madinat Al Baath dans la province de Qonaitra.

35 cibles visées en Syrie

Côté bilan, l’Armée Syrienne annonce que les missiles israéliens ont réussi à détruire un de ses systèmes anti-aérien. Côté israélien, on annonce que 35 cibles ont été bombardées en riposte. On ne déplore aucun dommage ni blessés officiellement. Le Ministre de la défense Israélien Avigdor Lieberman annonce que la plupart des bases iraniennes ont été détruites, y compris les bases de lancement des missiles qui ont visé le Golan ce jeudi. Les forces israéliennes indiquent également avoir détruits plusieurs installations antiaériennes syriennes SA-5, Sa-2, Sa-22 et Sa-17.

Ses bombardements ont été suivis d’une offensive rebelle, toujours dans la région de Qonaitra sur le front Hadhr. Ces combats ont opposé l’Armée régulière Syrienne à des factions islamistes appartenant à l’Armée Libre Syrienne. Ils étaient soutenus par des bombardements de l’artillerie israélienne sur les positions gouvernementales de Khan Arnabah qui a riposté en tirant à l’aide d’orgues de Staline sur les positions israéliennes. L’Armée Israélienne invite les civils à rester pour l’heure dans les abris.

Bombardement israélien sur Qonaitra

Réplique syrienne aux bombardements israéliens

L’Armée Israélienne indique avoir également attaqué la plupart des bases iraniennes en Syrie, notamment dans la région de Damas, de Homs, de Souaida et de Daraa.

Les zones bombardées par les forces israéliennes dans la nuit du jeudi 10 mai 2018. Source médias israéliens.
Les zones bombardées par les forces israéliennes dans la nuit du jeudi 10 mai 2018. Source médias israéliens.

A Damas, plusieurs positions de l’Armée Syrienne ont fait l’objet d’attaques, alors que circule des vidéos montrant l’interception par les systèmes de défense de missiles israéliens.

 

L’Armée Syrienne dit avoir intercepté une grande partie des missiles israéliens ayant visé ses position. Un tiers des frappes israéliennes aurait visé des positions dans la région de Damas.

Des pièces de missiles retrouvées au Liban. Source Twitter
Des pièces de missiles retrouvées au Liban. Source Twitter

L’Armée Libanaise a, quant à elle, indiqué que l’espace aérien du Liban a été violé durant la nuit par 4 avions israéliens, cela en contradiction avec la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU garantissant le respect de la souveraineté du Liban sur l’ensemble de son territoire. Ses unités auraient également fait état de la chute de pièces de missiles sur son territoire notamment dans la localité de al-Hibbariyeh au Sud Liban. De source médiatique, on indique également qu’un missile serait tombé dans la localité de  Qab Elias à proximité d’un camp de réfugiés syrien.

Les USA estiment que ces attaques montrent les réelles intentions de l’Iran

Ces incidents, les plus graves depuis 1974, interviennent alors que les USA ont dénoncé hier, mercredi 9 mai l’accord nucléaire avec l’Iran et réinstauré les tensions visant Téhéran.

Le département d’état américain a indiqué que les USA soutiennent fortement le droit souverain d’Israël à se défendre.

Benjamin Netanyahi défend le droit d’Israël à se défendre, la Russie appelle au calme

Lire également:

Depuis Moscou où il se trouvait hier, le Premier Ministre Benjamin Netanyahu a défendu ses positions face au Président Russie Vladimir Poutine, indiquant qu’Israël a le droit et le devoir de se défendre face à l’aggression iranienne depuis la Syrie.

La Russie, selon le Premier Ministre Israélien, ne peut limiter les actions israéliennes en Syrie, allusion aux lignes rouges instaurées par l’Armée Russe à proximité de ses bases sur place.

Les autorités russes appellent, quant à elles, les protagonistes au calme.

Lire également:

1 COMMENTAIRE

  1. On ne gouverne pas la guerre dont on a toujours été un prodige.
    D’où le besoin de riposter, entre israel et usa statements.

Comments are closed.