La banque libanaise SGBL a démenti jeudi les rumeurs décrites comme “totalement sans fondement” faisant état de transferts de sommes importantes vers l’étranger appartenant à des hommes politiques et des actionnaires, effectués à la suite du soulèvement du 17 octobre.

Selon le communiqué, la banque souligne son attachement à donner toutes les réponses à la Commission spéciale d’enquête mise en place par la Banque Du Liban le 9 janvier 2020. Elle indique ainsi que les médias et les auteurs de ces articles feront l’objet de poursuites judiciaires.

Pour rappel, un contrôle des capitaux a été instauré par l’association des Banques du Liban en raison des pénuries de liquidité et des risques de voir apparaitre une panique bancaire, dès le mois de novembre, alors que d’importantes manifestations avaient lieu au Liban. Les manifestants accusent les hommes politiques de corruption et d’avoir mené le pays des cèdres à la quasi-faillite financière.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.