Les personnes suspectées d’être impliquées dans l’incident de Qabr Chamoun seront finalement déférées devant le Tribunal Militaire. Cette solution de sortie de crise permettra à ce que le gouvernement Hariri III puisse redevenir fonctionnel alors que le budget 2019 a été adopté ce vendredi.

Cet incident a eu lieu entre gardes du corps – qui ont eu à déplorer 2 morts dans leur rang – du Ministre en charge de la question des réfugiés syriens , Saleh Gharib, proche de Talal Arslan et des sympathisants du Parti Socialiste Progressiste (PSP) de Walid Joumblatt qui entendaient protester contre la visite dans le Chouf du Ministre des Affaires Etrangères.

Il a également rappelé de nombreux mauvais souvenirs de la guerre civile à la population libanaise, le Chouf ayant été dévasté lors de la guerre de la montagne par de nombreux massacres.

Pour rappel, le cabinet ne s’était plus réuni en dépit d’échéances importantes depuis début juillet. En cause, la polémique entre les différents partis libanais au sujet de l’institution en charge de juger ces personnes, le dirigeant du Parti Démocratique Libanais, appuyé par le CPL et le Hezbollah, exigeant à ce que les auteurs soient déférés devant la haute cour de justice, chose refusée par Walid Joumblatt qui souhaitait que le dossier puisse être jugé par une cour ordinaire, soutenu par ses alliés dont le Premier Ministre Saad Hariri, Amal et les Forces Libanaises.

La sortie de crise est du fait de l’initiative du Président de la République, le Général Michel Aoun, qui a suggéré à ce que l’affaire puisse être déférée devant le Tribunal Militaire. Dès hier soir, le Hezbollah a appuyé cette proposition.

Les versions de l’incident, toujours divergentes entre protagonistes

Ainsi, le convoi du Ministre des AF Gébran Bassil avait été bloqué au niveau de la même localité par les sympathisants du PSP. Il avait alors fait demi-tour en raison de la possibilité d’incidents sécuritaires.

Selon le Ministre de la Défense, des informations de ses services avaient relevé la présence d’armes dans les voitures des manifestants pro-Joumblatt.

Suite à ce blocage du convoi du Ministre des AF qui devait initialement retrouver son homologue en charge de la question des réfugiés syriens originaire de la localité de Kfar Matta, ce dernier souhaitait se porter à sa rencontre. Rapidement, des rumeurs ont circulé parmi les manifestants sur la possible présence de Gébran Bassil dans la voiture de Salah Gharib.

Le Ministre Sahel Gharib a accusé les manifestants d’être à l’origine d’une tentative d’assassinat. Ces derniers, selon Saleh Gharib auraient ouvert le feu au passage de son convoi.

Son véhicule a d’ailleurs été touché de plusieurs balles. Pour sa part, des personnes affiliées au PSP accusent les gardes du corps du Ministre Saleh Gharib d’être à l’origine des premiers coups de feu, faisant écho aux propos du Ministre de l’éducation Akram Chehayeb hier, qui avait déjà estimé que les sympathisants du PSP avaient répliqué en état de légitime défense aux tirs de ces derniers.

Akram Chehayeb avait également indiqué que les propos précédents de Gébran Bassil nuisaient à l’entente de la montagne dans une interview diffusée par les chaines de télévision locale, et notamment à la coexistence entre chrétiens et druzes, l’accusant d’avoir provoqué ces incidents.

Pour rappel

30 Juin

1er Juillet

2 juillet

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.