Naître quelque part, c’est toujours par hasard. Nous sommes les fils et les filles du ciel disait Khalil Gibran. Le tirage au sort céleste m’a attribué le label libanais chiite, comme Hezbollah et son protégé Nabih, le chef du clan des siciliens libanais, le shah d’un Liban où le président élu devient un roi Lear, un monarque déchu qui boude et galère, forcé de valser une sarabande avec une mafia qui pille, gouverne et gère, comme elle le fait si bien dans mon bidonville de naguère, en banlieue sud de Beyrouth, sur cette terre drapée d’ignorance et livrée aux rats d’égouts, aux loups de la drogue et à la misère, une zone de non-droit contrôlée conjointement par le Hezbollah, le shah Berri et ses usurpateurs.

Merci la vie pour mes acquis, même si j’ai payé un bon prix. Maintenant je prie Jésus, Marie et Bouddha aussi. Lors des vêpres du soir chez moi ou dans une abbaye, je prie pour mes frères chrétiens, musulmans, athées et pour tous mes amis. Avec le temps j’ai compris, que le plus beau des verbes est “AIMER”, la plus belle des phrases est ” FAITES L’AMOUR, PAS LA GUERRE”. N’en déplaise à Khalil Gibran, jamais savant n’est tombé du ciel, nous sommes aussi les fils et les filles libres et rebelles de la terre de Canaan et du cèdre de dieu, nous aurons à choisir tôt ou tard, entre être complice de nos mafieux leaders, ou faire le lâche et se taire, ou enfin s’unir dans notre diversité et botter les derrières à nos corsaires. Aimons-nous, n’ayons plus peur, indignons nous, et de notre identité restons fiers. Mais soyons fiers aussi de ma fée de toujours, Beyrouth mon amour.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Sami GHADDAR, Franco-libanais, architecte, professeur d'université et auteur de plusieurs romans(Graines et Zèle, passé composé, Tourbillon, Habib président,....)