Le Parlement Libanais. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.

Un pays dans le noir signifie un état désastreux d’électeurs, d’élus et de rapports politiques stériles ou dysfonctionnels. Une situation économique en péril ne peut être secourue par les mêmes erreurs. Celles qui concordent à confirmer des plans longtemps suspendus en dernier recours mais agréés faute de mieux.

Ils confirment presque toujours la réussite laborieuse d’un accord qui risque des délais conditionnels, des fautes non reconnues, des exécutions partielles, des suivis erratiques avec des résultats pour le mieux aléatoires. 

Pour changer les donnes d’un système politique miné depuis si longtemps par des mentalités favorables à la corruption, il faudrait avoir non seulement subit, dénoncé et clamé ce qui ne convient pas au déroulement d’une bonne gouvernance mais avoir aussi expérimenté des modes de communications propices.

Ceux qui sont censés favoriser les échanges et les concertations entre les partenaires de nos composantes pour des structures consensuelles, et ce, malgré des vues méfiantes, hautement critiques, dissemblables ou adverses.

Vouloir faire autre chose dans une majorité parlementaire et gouvernementale ne se limite pas à conduire la verticalité des rapports pour obtenir un changement.

La logique exclusive, les mesures de vérifications de poste, des avoir et des dépenses ne suffisent évidemment pas sans pouvoir convaincre le libanais que les procédures judiciaires sans tâches iront jusqu’au bout.

La justice ne peut s’exercer librement si elle n’accède à son indépendance. « Il n’existe pas de commission d’évaluation des juges et l’influence politique bat son plein.

Les mutations sont l’instrument le plus utilisé pour intimider et soumettre des juges qui ne rentreraient pas dans le rang.

En principe, le magistrat dispose d’un recours, mais cela n’a jamais été utilisé, en raison de la difficulté de prouver que la mutation a été décidée de manière partiale », affirme l’avocat Nizar Saghieh, directeur exécutif de l’ONG Legal Agenda 1

« Le procureur général ou les avocats généraux peuvent s’autosaisir quand l’intérêt public est en jeu sans l’ordre ou même contre l’ordre de leur supérieur hiérarchique, mais ne le font pas en pratique, de peur d’être sanctionnés », estime l’avocate Nadine Moussa.2-  1 & 2 Commerce du Levant,extraits d »une justice sous influence », 2012.

Il est parfois trop tard de parler de la sauvegarde démocratique quand de hauts placés comprennent la loi comme un passage de compromis au lieu de son application à la lettre.

Que de responsables énoncent fréquemment les droits et les obligations du citoyen sans devoir se disposer eux-mêmes à convenir à leurs devoirs, à leurs corrections et à leurs obligations. Les tutelles opportunes continuent de contourner l’égale pratique de la citoyenneté, de la défendre avec les meilleurs tons et les plus dévouées indications sans faire prévaloir sa place essentielle en tout siège et en tout lieu ! 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.