Le synode des évêques maronites a élu l’actuel évêque de Byblos Béchara Rahi, Patriarche Maronite d’Antioche et de tout l’Orient.Il devient ainsi le 77 patriarche depuis St Jean-Maron(1er patriarche d’Antioche en 685).

Béchara Rahi est né le 25 février 1940 a été ordonné prêtre en 1967 pour devenir évêque en 1986.

Il succède ainsi au Patriarche Nasrallah Boutros Sfeir, qui avait présenté sa démission au Vatican, le 26 février dernier, indiquant avoir atteint la limite d’âge.

Mgr Béchara Rahi s’était notamment fait connaitre ses dernières années, dénonçant la division de la communauté chrétienne. « Au Liban, les chrétiens sont divisés au plan politique et confessionnel et personne n’a un projet acceptable par tous », avait-il déclaré, avant de déplorer que « cette division est causée par les conditions politiques actuelles, tant internes que régionales et internationales. »

« Il existe dans le monde arabe une forte division entre les sunnites et les chiites, apparente, sur le plan régional, dans la coalition, du côté sunnite, entre l’Arabie Saoudite, l’Égypte et la Jordanie, et du côté chiite entre l’Iran et la Syrie. Cette division s’est transformée en conflit sanglant entre les sunnites et les chiites en Irak. Sur le plan international, le conflit se situe entre les États-Unis et ses alliés en faveur des sunnites d’un côté, et l’Iran de l’autre à cause de ses ambitions régionales et de son programme nucléaire. Au Liban, c’est le conflit politique entre les chiites et les sunnites, où se situe la division des Chrétiens. Pour sauver le régime libanais et leur présence effective, une partie choisit l’alliance avec les sunnites, une autre avec les chiites et une troisième appelle à de bonnes relations avec les sunnites et les chiites et à ne pas se laisser entraîner dans la politique des axes régionaux et internationaux. »

Il poursuit en estimant que « le projet politique acceptable par tous consiste à parfaire l’État civil, dont les éléments se trouvent dans les « Constantes », la « Charte de l’action politique » et la Constitution. »

La principale mission du nouveau patriarche sera donc d’unifier les rangs des chrétiens du Liban, son prédécesseur ayant été accusé par certains partis dont le CPL de s’être discrédité en soutenant le 14 Mars. 

Il s’était dernièrement fait connaitre dénonçant l’annulation par le gouvernement Saniora du jour férié accordé au lundi de Paques, contrastant avec le silence de l’ancien locataire de Bkerké. Certaines sources évoquent aussi les bonnes relations qu’entretiendrait le nouveau prélat avec le Vatican, relations qui auraient milité en sa faveur.

Pour rappel, Aujourd’hui l’Église maronite compte 23 diocèses et deux vicariats au Liban, en Syrie mais aussi dans le monde entier comme en Argentine ou en Australie. Le nombre de maronites est estimé à un peu plus de 3 millions.

8 COMMENTAIRES

  1. L’Église maronite, tout comme L’Église universelle, ont un besoin pressant de chefs qui soient des prophètes et des saints. Pas des politiciens. Je n’ai pas lu un mot sur l’une ou l’autre des trois vertus théologales.

    C’est de cela que doit nous parler le patriarche. Nous n’attendons pas de lui des analyses politiques. Mais une exhortation à la FOI, l’ESPÉRANCE et L’AMOUR.

    • La Foi, l’Esperance et l’Amour sont la devise de tout croyant… j’ajoute, respectons nous les uns les autres et respectons notre Patriarche , son excellence a le droit de dialoguer et dire son point de vue comme toute autre personne. Soyons pas candide! Nous voulons pas des saints et des prophetes…. Implorons le Saint Esprit que notre chef spirituel le Patriarche arrive a sauvegarder notre existence sur notre terre sainte le Liban.

      NB. Graces a la bonne diplomatie de nos patriarches du temps de l’empire Otoman jusqu’a nos jours que nos cloches sonnent encore !!
      Respectueusement
      Renee

  2. Pour un avenir de Paix, la proie et ses prédateurs doivent mûrir et s’unir, afin de former un pays nouveau, plus vaste, plus démocratique, et basé sur la volonté du peuple. Cette Paix, lointaine, je l’imagine à bâtir par les peuples libanais, israeliens et syriens, unissant leurs efforts pour renverser leurs gouvernements et renoncer à la guerre, dans le but de fonder un nouvel Etat Oriental et laïc pour y vivre à l’abri des erreurs du passé.

    • Etat Oriental! ET, Laic !! En reve ici ou quoi………Priere de me faire savoir Mr. Jocker5 qui cedera pour l’autre, l’israeliens ou le syrien ? Le libanais n’en parlant pas il suit a l’aveuglette !!

Comments are closed.