Lâché à des improvisations, à de faux conflits idéologiques, de vraies guerres  d’ordres relationnel, politique, économique, géostratégique, climatique, spatial et religieux, la misère des rapports humains indique des résultats catastrophiques et l’aberrance du choix  de l’électeur. Celui qui vote sans croire à  des défenseurs de droits issus de systèmes politiques obsolètes ou stagnants, de tutelles monarchiques ou tribales en révisions conjoncturelles, ou de lobbies d’affaires dans des sphères contre-culturelles.

Des dirigeants illuminés, prétentieux, narcissiques ou marionnettes façonnent l’interface d’un désordre « normalisé » de part le monde. Les personnes humaines lumineuses habitent eux sur une toute autre planète. Elle se constitue des intérieurs qui se ressourcent à l’espace de la créativité, au service spontané et à la spiritualité. Eux se nourrissent d’actes bienveillants pour sauver ce qui reste en eux d’humain quand il est criblé de gratuités inhumaines.

La vitesse de ce temps est prévisible mais pas son arrêt. « La période 2020-2050 sera la plus bouleversante qu’aura jamais vécue l’humanité en si peu de temps ». Yves Cochet, Libération, 2017.

De la course aux jobs de passages et aux réadaptations continues, la qualité de vie consistera davantage à respirer propre, à tourner des séquences virtuelles, à regretter une attention réelle et à bâtir des rêves de complicités en attendant que la robotique nous prends la main et la place.

COMMENTER

Please enter your comment!
Entrer votre nom ici