Moins d'une minute de lecture

Le taux d’occupation des hôtels de Beyrouth se serait effondré de 80% depuis le mois de septembre. Désormais, seules 10% à 15% des chambres des hôtels sont occupés, alors que le taux d’occupation en dehors de la capitale est quasiment nul.

Cependant, ce problème serait apparu avant les évènements du 17 octobre 2019, précisent les responsables hôteliers qui mettent en cause la crise politique durant l’été.

Ce chiffre a été publié par le Syndicat des Propriétaires d’Hotels au Liban. Il s’agirait du pire chiffre depuis la guerre civile, même si, pour l’heure, aucun hôtel n’a fermé ses portes contrairement aux restaurants qui ont annoncé la fermeture de 785 établissements.

Aussi, les prix des services hôteliers ont commencé à baisser de 40% pour certains d’entre eux. Egalement, les hôtels continueraient à respecter le taux de parité officiel entre la Livre et le Dollar, contrairement à d’autres secteurs d’activité.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.