Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés. Visitez mon blog http://larabio.com
Crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés. 

« Longtemps déchirée par la guerre civile, cette jeune démocratie est un terrain où s’affrontent de nombreux acteurs régionaux aux intérêts souvent contradictoires. L’identité libanaise existe bel et bien et n’est pas le simple agrégat de cultures communautaires distinctes. » franceculture.fr

On veut se convaincre que le Liban existe « bel et bien » en un seul point géographique selon le rayonnement de ses cultures millénaires, de ses richesses archéologiques et par le privilège de ses dispositions humaines à la coexistence islamo-chrétienne. Ce qu’on vit pourtant et constate amèrement chaque jour, traduit une opacité traditionnellement complexe de vues imposées selon l’opportunisme « national » de nos diverses composantes.

Le résultat perdure immanquablement dans le néant, sans l’obligation de prévoir l’élémentaire jusqu’aux catastrophes, sans la nécessité de résoudre quoique ce soit et sans aucune perspective d’un profil meilleur pour la nation à part l’attente d’une influence extérieure qui décidera selon sa conjoncture la direction que le Liban doit désormais prendre!!

Ce pays, notre pays demeure pourtant présent sur les pages des livres d’histoire quoique gravement absent en dehors d’une identité commune positive, reconnue et exercée ordinairement entre ses citoyens. On ressemble à ces passants du sans souci qui préfèrent clamer le meilleur du passé. Plus on se rapproche de l’ici et du maintenant, on retient difficilement l’envie de poser cette question légitime: Que venons-nous bien faire de vrai, de sincère et de bien dans ce si beau pays biblique!? La réponse dans les actes de nos « responsables » est donnée à l’avance.

Le Liban est constitué depuis longtemps déjà de rares intrépides citoyens, de nombreux corrompus responsables et  politiciens. Il s’est inscrit au fait accompli des pays non décideurs sur leurs sols. Il appartient uniquement au lourd silence des Cèdres de Dieu, face à des décideurs venus d’ailleurs.

Joe Acoury.