Source Photo: Pixabay
Source Photo: Pixabay

Le juge Tarek Bitar et les familles des victimes de l’explosion du port de Beyrouth ont enregistré une nouvelle victoire face aux 3 anciens ministres qui avaient présenté un recours pour faire récuser ce dernier.

Pour rappel, les anciens ministres des finances Ali Hassan Khalil et des travaux publics Ghazi Zoaiter, 2 proches du président du Parlement Nabih Berri, avaient demandé le retrait du juge Tarek Bitar “pour suspicion légitime” après que ce dernier les ait mis en examen pour homicide volontaire et négligence criminelle. Une troisième requête de l’ancien ministre de l’intérieur Nouhad Machnouh avait déjà été rejetée la semaine dernière.

Selon le verdict de la cour de cassation, présidée par la juge Janet Hanna, et composée des conseillers Noel Kerbage et Joseph Agaka, a rejeté le recours déposé par les députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zoaiter, celle-ci ne dispose d’aucune autorité pour surveiller l’enquête en cours du juge Bitar et celui n’appartient pas à sa juridiction.

Le juge Tarek Bitar, soutenu par les familles des victimes qui manifestaient devant le tribunal de Beyrouth, pourra ainsi poursuivre ses investigations.

Par ailleurs, les pressions politiques exercées sur le juge se sont à nouveau accrus après qu’un avocat en charge de défendre Youssef Fénianos a indiqué que ce dernier pourrait convoquer Nabih Berri mais également l’ancien premier ministre Saad Hariri dont plusieurs proches sont mis en cause ou encore le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah. 

Par ailleurs, les familles des victimes se sont, quant-à-elles, félicités de la décision de la cour de cassation, appelant à la poursuite de l’enquête en cours et dénonçant également les pressions politiques subies par le juge. 

Pour rappel, le précédent enquêteur, le juge Fadi Sawwan, s’était vu être retiré l’affaire par la cour de cassation, après qu’il ait tenté de convoqué les anciens ministres des finances, des transports et des travaux publics, en raison officiellement d’un conflit d’intérêt, son domicile ayant été endommagé par l’explosion. Cependant, certaines rumeurs indiquaient que celui-ci avait également fait l’objet de menaces à son encontre et à ses proches

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն