Je ne suis pas un adepte des coups d’État. Je m’en méfie toujours et, très souvent, à juste raison. À tort, exceptionnellement. Cependant, à moins d’être totalement naïf ou ignorant des pesanteurs politiques, il est tout autant totalement hypocrite de demander à des putschistes d’assurer une transition sur un ou deux ans, et farfelu sur six mois. Une telle transition demanderait trois à cinq ans, le temps d’un mandat présidentiel. Le reste est verbiage. Cela étant, au-delà d’une telle période, l’armée finit par imposer son fonctionnement spécifique à la société et la militarise, ou alors elle s’adapte à la société et perd son âme et son efficacité, et se renie en conséquence. Généralement, elle sombre dans les deux travers.

Par ailleurs, si on veut sanctionner des putschistes, à tort ou à raison, on ne prend pas des mesures qui, en réalité, ne sont supportées que par la population, et les “sanctionneurs” le savent très bien. En l’occurrence, concernant le Mali, c’est d’abord le peuple malien qui en souffrira, le peuple sénégalais aussi, et fortement sinon plus. Le peuple malien pourra toujours organiser la contrebande avec les pays qui lui imposent un blocus avec la complicité bienveillante et légitime de son État ; l’État sénégalais, quant à lui, perdra des recettes fiscales très importantes et une grande part de marchés maliens. De plus, il va générer une aggravation de ses pertes financières par le besoin de renforçer ses effectifs de gendarmerie, ses forces de répression, ses acquisitions de matériels de surveillance, toutes choses qui finiront en fait par être utilisées à terme pour entraver les libertés des citoyens sénégalais eux-mêmes. Il est inutile de préciser que, politiquement, il renforcera sa dépendance vis-à-vis du véritable donneur d’ordre de ces sanctions, suivez mon regard.

Pour en revenir à l’armée malienne, où a-t-on déjà vu une armée se fortifier avec une intervention étrangère ? Elles sont toutes devenues déliquescentes et corrompues. L’armée sud-vietnamienne s’est disloquée comme un château de cartes avec l’occupation américaine dès que celle-ci a pris fin, révélant ainsi qu’elle n’était plus qu’une carapace voilant une entité intrinsèquement désarticulée, idem pour l’armée irakienne formée et armée à coûts de milliards de dollars face au premier coup de boutoir de Daesh. On a vu ce qu’il en a été en Afghanistan il y a à peine quelques mois. Les interventions militaires occidentales dans les pays du sud n’ont jamais apporté que massacres, destructions, désorganisation, et corruption à tous les niveaux. C’est dans leur nature colonialiste et impérialiste dont ils ne sont toujours pas défaits.

Pour que ces États acceptent d’œuvrer dans le respect des intérêts des pays du sud, ces derniers devront les y obliger, en s’en donnant les moyens adéquats et fermes, après avoir défini leurs propres intérêts économiques et scientifiques.

Scandre HACHEM

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.