Le Président du Syndicat des propriétaires d’hôtels a lancé un cri d’alarme face à la crise économique et à la détérioration des conditions actuelles au Liban indiquant que les institutions touristiques fermeront leurs portes dès septembre.

S’exprimant dans les colonnes du journal Al Nabaa, Pierre Achkar appelle à des mesures pratiques pour sauver ce secteur qu’il estime employer 25 000 personnes et faire vivre 150 000 familles. Il a ainsi dénoncé le manque de mesures visant à éviter l’aggravation de la crise économique. Aucune réservation n’a été effectuée depuis l’annonce de la réouverture de l’Aéroport International de Beyrouth, souligne le responsable syndical, qui note par ailleurs, que les touristes arabes ou européens ne sont pas à blâmer s’ils ne choisissent pas le Liban, “certains groupes continuant à attaquer ces pays”, allusion aux propos de certains partis politique dénonçant l’ingérence de pays du golfe.

Pour l’heure, aucune bonne nouvelle ne serait annoncée et le secteur considère une fermeture complète de ses activités dès septembre.

Pour rappel, cette information intervient après l’annonce de la fermeture de plusieurs hôtels de Beyrouth, dont l’Hôtel Alexandre à Ashrafieh ou encore du Bristol.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.