Ennemis insoupçonnés

15

Le Libanais mise sur du “nouveau”, à nouveau. Ce qui signifierait d’espérer un miracle à travers les prévalences opportunes et les masques langagiers. Ceux-ci ne prêtent plus aux illusions mais à de graves constats.

D’autre part, un nombre croissant de libanais récupère le chemin de la citoyenneté après 70 ans de gestation. Une marche pénible et douloureuse au cours de laquelle des personnalités se barricadent avec des dénis, des accaparations, d’insinueuses menaces, des pièges aux tournants et des justificatifs infinis. L’objectif principal de prétendus sauveurs serait-il de mener les gens ailleurs, à distance des sujets mis au silence, des stratégies invisibles et des vérités essentielles pour le citoyen ? On laisserait ainsi au libanais le choix de s’occuper à un arrière goût de démocratie. Celui qu’on expose avec des apparences flagrantes afin de signifier aux gens, qu’au bout du compte, ils peuvent bien s’indigner, s’inquiéter, présenter des arguments et des oppositions, tant que les caractères décidés d’avance ne sont pas égratignés.

Ainsi, aujourd’hui, presque rien ne devrait changer avec la consolidation des blocs ou des forces partisanes, un parlement peu différent et un prochain gouvernement qui s’annonce déjà semblable au précédent. Néanmoins, la conviviale communauté des politiciens ou des “partenaires” si dévoués, va plus que jamais user de ses combinatoires au service des parts égales aux noms de la  reprise économique et de la transparence prérequises par la communauté internationale . Va t-on alors assister à une série de boucs émissaires qui serviraient de réponses aux scénarios propices à la lutte contre la corruption et ce au delà des rumeurs, des commentaires et des lumineux talk shows? Serait-ce celà la manne du changement qui favoriserait une reprise de confiance en surface, des heures de courants  en plus, des investisseurs potentiels et des fins de mois à termes selon des actions prévues par les prochains poulains?

Malgré ces éventuels scénarios, voilà quelques constats incontournables :
La déception de nombreux amoureux du Liban est immense. Ils ont eu la naïveté de croire que, par la bonne volonté et par la persévérance de l’effort individuel et collectif, ils peuvent réanimer des morts vivants et initier des rapports utiles, sains, productifs et avant gardistes avec l’Etat. Sinon, à quoi servirait donc un citoyen, s’il n’existe qu’en tant que spectateur et payeur d’héritages politiques forts coûteux?!

Des citoyens honnêtes font de leur mieux pour prouver au monde que la démocratie peut certainement exister aux pays des Cèdres, justement et autrement. Pour celà, il s’agira de réfléchir ensemble sur des ennemis insoupçonnés au Liban !!

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.